Logo Etoile Notre Dame

Etoile Notre Dame

« Allez de toutes les nations faites des disciples » (Mt 28,19)

Pape François : « Les jaloux et les envieux sont des semeurs de mort ! »

Ce jeudi, à Sainte-Marthe, le Souverain Pontife a dénoncé deux péchés qui poussent dans les cœurs comme de la mauvaise herbe.

L’envie, la jalousie, l’avidité … voilà de bien vilains défauts et si insupportables chez un chrétien que le pape François, ponctuellement et dans son style habituel, revient dessus dans ses homélies du matin, à Sainte-Marthe. C’est le cas de ce jeudi, encore une fois, et avec une insistance peut-être un peu plus marquée que d’habitude.

Un grave péché

« Que c’est moche d’envier quelqu’un ! Un bien vilain péché ! », a déclaré le Pape en comparant « les jaloux » et « les envieux » à des semeurs de « mort » tant leurs cœurs sont emplis de cette herbe folle, de « cette mauvaise herbe qui empêche la bonne herbe de pousser », dit-il précisément, les transformant en « tueurs » face à « tout ce qui peut leur faire de l’ombre ». Et l’épisode de Saül, roi d’Israël, cherchant à tuer David parce que jaloux de ses exploits contre les Philistins, thème de la première lecture du jour.

La jalousie a tué Jésus

Les Écritures le disent clairement : « C’est par la jalousie du diable que la mort est entrée dans le monde », rappelle le Pape en citant le livre de la Sagesse. C’est un grave péché. « Être envieux pousse à tuer » car, à force de jalouser l’autre – « un mal » chronique selon le Saint-Père – le cœur de l’envieux souffre tellement  de « ne pas avoir ce que l’autre possède » qu’il finit par souhaiter sa mort. Un tel cœur « n’est jamais en paix », il « souffre ». Et on en voit dans nos communautés … pas mal même, regrette le Pape, pas besoin d’aller très loin pour voir « les langues se délier » par jalousie : « On est jaloux, alors on dit du mal (…) et les médisances cela tue ! », avertit François.

Et nous chrétiens ?

Comme il le fait d’habitude, François a laissé les fidèles à leur réflexion personnelle, leur demandant de se poser la question : « Y a-t-il de la jalousie dans mon cœur, est-ce que j’envie quelqu’un ? ». Et de se rappeler que c’est à cause de la jalousie et de gens envieux que Jésus a été livré et condamné à mourir sur la croix, a conclu le pape, en renvoyant à l’interprétation de Pilate qu’il a qualifié d’ « homme intelligent mais lâche ».

ISABELLE COUSTURIÉ - Aleteia

 

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.