Logo Etoile Notre Dame

Etoile Notre Dame

« Allez de toutes les nations faites des disciples » (Mt 28,19)

« Vous Français qui pleurez, laissez-moi vous dire que vous pleurez mal »

Dix jours après les attentats qui ont ensanglanté Paris et Saint-Denis et dont la France subit encore les répercussions, vivant au rythme des perquisitions, des alertes à la bombe et des interpellations, une étudiante nous écrit et nous invite au sursaut d’abord, à l’espérance ensuite.

Prenez-moi pour une folle, une prétentieuse, une orgueilleuse, mais vous Français qui pleurez une fois de plus, laissez-moi vous dire que vous pleurez mal. Pourtant oui, moi aussi j’ai pleuré. Mais si j’ai pleuré, c’est de voir la France en larmes et dénuée de toute volonté de sortir du cauchemar qui alimente son chagrin.

J’ai pleuré de voir une France si passionnelle, se complaire égoïstement dans les bouffées factices d’une émotion pourtant bien légitime. J’ai pleuré de voir des vies si jeunes, si intenses, fauchées par un destin absurde, soudain et implacable, englouties dans un tel drame.

Un temps, j’ai cru au réveil. Mais le naturel revient toujours si vite au galop… Il ne m’a suffi que d’ouvrir Facebook, de voir défiler l’ambigu et cocardier « Pray for Paris » ou de lire partout avec amertume que la France, qui jusqu’ici se laissait vivre sans trop y réfléchir, assume et revendique désormais les « valeurs » libertaires comme une identité véritable et comme le moyen un peu bravache d’entrer en résistance.

Triste France que celle qui croit résister à l’islamisme en brandissant son alcool, son tabac, ses filles faciles, son camembert…Résisterons-nous grâce à ces piètres valeurs si minces, si fragiles, justes bonnes à recouvrir d’un cache-misère fade et tricolore dont s’est enivré Facebook jusqu’à la nausée ? Si vous priez pour Paris pour défendre ces valeurs, je ne me joindrai pas à vos prières.

Que signifie donc ce « Pray for Paris » quand plus personne ne prie ?
Que signifient ces couleurs quand l’identité que l’on défend n’est pas celle que porte ce drapeau ?
Que signifie ce déferlement d’informations et cette panique soudaine alors que depuis des années nous sommes prévenus par nos semblables d’Alep, de Beyrouth, de Moscou et d’ailleurs ? Alors que tous les jours des hommes à quelques heures d’avions d’ici, nous insultent et nous menacent ?
Comment justifier la médiatisation, le voyeurisme, l’opportunisme de la scène politique et médiatique et de ses « analyses » ?

Le recueillement profond et vrai peut-il tenir en une minute de silence ?
Une seule minute pour intérioriser ce qui prendra des années à rattraper.
Une seule minute quand il faudrait des jours et des jours pour que chacun comprenne la réalité du monde dans lequel il vit et pour la première fois de sa vie se mette à penser. Oui à penser et pas à se persuader qu’il sait penser en gobant le maximum d’informations dont internet puisse le gaver, à devenir un être parfaitement au courant mais totalement inculte.

Qu’il est regrettable pour un pays millénaire au passé si riche, qu’un attentat apparaisse seule en mesure de lui faire réaliser ce qui se trame et la menace qui pèse sur lui. Quand on réfléchit, que l’on se laisse aller au silence et que l’on réalise l’étendue du désastre, prenant pleinement conscience de la situation apocalyptique et sans espoir qui s’offre au monde – car oui c’est la France qui est visée aujourd’hui mais c’est le monde qui se dilue dans la compromission depuis des décennies – que nous reste-t-il ? Une immense espérance.

Écoutons un peu ce que nous disent les terroristes. Ils nous reprochent la corruption, le libertinage. Ils n’ont pas tout à fait tort. Ils nous rappellent notre passé : celui des Croisades. Rien d’étonnant. Mais ne leur permettons plus d’assimiler la corruption des mœurs contemporaines avec l’histoire de l’Église. De grâce, n’assimilez pas la Chrétienté d’hier à la France actuelle vidée de son sens et de sa raison. La France d’aujourd’hui n’est plus tout à fait la Fille aînée de l’Église : le christianisme élèverait un peu mieux son enfant et ne la laisserait pas se vautrer ainsi dans la décadence. La France est en guerre et tellement vulnérable. Comment nous battre pour une civilisation qui n’en est plus une ? Une France aux valeurs bafouées, piétinées ?

En nous replongeant dans notre Histoire, notre culture, notre identité, en retrouvant le sens de l’appartenance ? Par un retour au service militaire obligatoire ? Accepter l’asile français c’est accepter la France. Quoi de plus évident, et pourtant quoi de moins appliqué dans l’hexagone ?

Mais ne soyons pas tristes alors que Dieu nous offre un jour de plus, une chance de plus de tenter de sauver la France ! Évangélisons ! Envisageons l’éternité. Désirons le Ciel pour nous affranchir de toute la contingence de nos vies terrestres. Soyons heureux et fiers de nos 20 ans ! Pensons aux réfugiés de notre âge qui ont fui la Syrie, pensant trouver la France en paix et la paix en France. La belle utopie : ceux-là réalisent qu’ils ne connaîtront jamais ni la paix, ni la sécurité dans ce bas monde. Alors de quoi nous plaignons nous

On nous livre une guerre sainte ? Une guerre de religion ? Vivons-la comme une expérience mystique !Ce qui s’annonce est difficile, mais Dieu est avec nous, car Jésus souffre sur la Croix avec et pour tous ceux qui sont persécutés en Son Nom.Préparons-nous au témoignage, car nous ne connaissons ni le jour, ni l’heure. Avançons et à la Grâce de Dieu.

Azur Guirec – Aleteia

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.