19 décembre 2021 : L’Avent est l’attente d’une lumière qui s’oppose aux ténèbres

Isaïe 8,23 : « Car n'est-ce pas la nuit pour le pays qui est dans la détresse ? Comme le passé a humilié le pays de Zabulon et le pays de Nephtali, l'avenir glorifiera le chemin de la mer, au-delà du Jourdain, le district des nations. »

Saint-Jean se réfère aussi aux origines quand il déclare dans son Prologue que : « la lumière luit dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont pas saisie » (Jn 1,5) et que le Verbe est « la vraie lumière qui éclaire tout homme » (Jn 1,9)

Plus loin il ajoute : « tel est le jugement : la lumière est venue dans le monde et les hommes ont mieux aimé les ténèbres que la lumière, car leurs œuvres étaient mauvaises » (Jn 3,19)

Notre Seigneur lui-même se présente effectivement bien comme la « Lumière du monde » (Jn 3,19 ; 8,12 ; 9,5 ; 12,35-36 ; 12,46) : « Qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie » (Jn 8,12).

Dans la transfiguration, la puissance de cette lumière divine masquée par la chair du Christ transparait physiquement à travers son corps (Mc 9,3 ; Lc 9,29) comme en écho à une des attentes des juifs : « la Tradition de la synagogue enseigne que la chair du Messie doit se convertir en feu »

L’Avent nous fait avancer petit à petit vers celui qui est la Lumière. Progressivement nos yeux s’accoutument à Le contempler.

Jésus, dispose mon cœur à ta venue, que ta Lumière illumine les ténèbres de mon cœur.

 

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.