30 janvier 2021 : Le recouvrement de Jésus dans le temple

Luc 2, 46-50 : « Au bout de trois jours, ils le trouvèrent dans le temple, assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant. Tous ceux qui l'entendaient étaient frappés de son intelligence et de ses réponses. Quand ses parents le virent, ils furent saisis d'étonnement, et sa mère lui dit : Mon enfant, pourquoi as-tu agi de la sorte avec nous ? Voici, ton père et moi, nous te cherchions avec angoisse. Il leur dit : Pourquoi me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas qu'il faut que je m'occupe des affaires de mon Père ? Mais ils ne comprirent pas ce qu'il leur disait. »

Je me représente Marie et Joseph cherchant avec affection et diligence le saint Enfant Jésus.

Aussitôt que Marie et Joseph s’aperçoivent de la perte du divin Enfant, ils s’humilient, s’affligent, ils prient, ils implorent, et se mettent à la recherche de Jésus, avec une diligence qui leur mérita le bonheur de le retrouver.

Telle doit être notre conduite quand, pour nous éprouver, Jésus s’est retiré de nous, ou que nous l’avons perdu par notre faute. Sans délai, cherchons-le par un prompt retour sur nous-même, par une humilité profonde, un repentir sincère et la correction des défauts qui nous ont privés de sa présence inestimable. Par-là, nous mériterons le retour de Jésus qui reçoit favorablement les vœux de celui qui l’aime sans partage.

Ceux qui croient aimer Jésus mais dont le cœur ne s’attache pas à lui uniquement se trompent. Leurs prières ne sont pas d’un grand prix.

Comme Marie, nous devons chercher Jésus avec persévérance, avec amour et un grand désir de la retrouver. Ses premières démarches ayant été infructueuses, Marie retourne sur ses pas et ne se donne aucun repos. Elle parcourt les montagnes de la Judée, adressant à ceux qu’elle rencontre les paroles du Cantique : « N’avez-vous pas vu celui que mon cœur aime ? » Elle le cherche la nuit, le jour, elle l’appelle de ses soupirs et de ses larmes.

Ce n’est pas parmi les parents que Marie et Joseph retrouvent Jésus. Mais bien dans la ville sainte, dans le temple de Jérusalem, c’est à dire dans le lieu du recueillement et de la prière, occupé des affaires de son Père. Il commence par pratiquer ce qu’il devra un jour enseigner dans ses prédications : « Si quelqu’un vient à moi et ne se détache pas pas de son père, de sa mère, de ses sœurs et même de sa propre vie, il ne peut être mon disciple. » C’est ainsi qu’il trace à ses disciples la sainte vérité à laquelle ils doivent user à l’égard de leurs parents. Sans doute, Jésus ne nous commande pas d’avoir de l’aversion pour nos proches, puisqu’ailleurs il nous dit de les aimer. Mais il veut qu’en les aimant, nous nous occupions principalement des affaires de notre Père céleste. Où règne l’amour de Dieu, celui des créatures ou de soi-même ne doit avoir nulle entrée.

 

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.