Logo Etoile Notre Dame

Etoile Notre Dame

« Allez de toutes les nations faites des disciples » (Mt 28,19)

30 jours pour une effusion de l'Esprit-Saint - 20e jour : Le don de piété filiale - 1e partie


Invocation à l’Esprit-Saint : Veni Creator ou chant : Esprit-Saint rosée de tendresse

Prière quotidienne 

Viens, Esprit Saint, en nos cœurs, et envoie du haut du ciel un rayon de ta lumière.
Viens en nous, Père des pauvres, viens, dispensateur des dons, viens, lumière de nos cœurs.
Consolateur souverain, hôte très doux de nos âmes, adoucissante fraîcheur.
Dans le labeur, le repos ; dans la fièvre, la fraîcheur ; dans les pleurs, le réconfort.
O lumière bienheureuse, viens remplir jusqu'à l'intime le cœur de tous tes fidèles.
Sans ta puissance divine, il n'est rien en aucun homme, rien qui ne soit perverti.
Lave ce qui est souillé, baigne ce qui est aride, guéris ce qui est blessé.
Assouplis ce qui est raide, réchauffe ce qui est froid, redresse ce qui est dévié.
A tous ceux qui ont la foi et qui en toi se confient, donne tes sept dons sacrés.
Donne vertu et mérite, donne le salut final, donne la joie éternelle. Amen.

 

Lecture : Les Actes des Apôtres, Chapitre 20

https://www.aelf.org/bible/Ac/20

Ecouter la lecture du chapitre 20 des Actes des Apôtres par des frères

 Bible de Jérusalem :

Paul quitte Ephèse
Après que le tumulte eut pris fin, Paul convoqua les disciples, leur adressa une exhortation et, après avoir fait ses adieux, partit pour la Macédoine. Il traversa cette contrée, y exhorta longuement les fidèles et parvint en Grèce, où il resta trois mois. Un complot fomenté par les Juifs contre lui au moment où il allait s'embarquer pour la Syrie le décida à s'en retourner par la Macédoine. Il avait pour compagnons Sopatros, fils de Pyrrhus, de Bérée ; Aristarque et Secundus, de Thessalonique ; Gaïus, de Dobérès, et Timothée, ainsi que les Asiates Tychique et Trophime. Ceux-ci prirent les devants et nous attendirent à Troas. Nous-mêmes, nous quittâmes Philippes par mer après les jours des Azymes et, au bout de cinq jours, les rejoignîmes à Troas, où nous passâmes sept jours.

A Troas. Paul ressuscite un mort
Le premier jour de la semaine, nous étions réunis pour rompre le pain ; Paul, qui devait partir le lendemain, s'entretenait avec eux. Il prolongea son discours jusqu'au milieu de la nuit. Il y avait bon nombre de lampes dans la chambre haute où nous étions réunis. Un adolescent, du nom d'Eutyque, qui était assis sur le bord de la fenêtre, se laissa gagner par un profond sommeil, pendant que Paul discourait toujours. Entraîné par le sommeil, il tomba du troisième étage en bas. On le releva mort. Paul descendit, se pencha sur lui, le prit dans ses bras et dit : "Ne vous agitez donc pas : son âme est en lui." Puis il remonta, rompit le pain et mangea ; longtemps encore il parla, jusqu'au point du jour. C'est alors qu'il partit. Quant au jeune garçon, on le ramena vivant, et ce ne fut pas une petite consolation.

De Troas à Milet
Pour nous, prenant les devants par mer, nous fîmes voile vers Assos, où nous devions prendre Paul : ainsi en avait-il disposé. Lui-même viendrait par la route. Lorsqu'il nous eut rejoints à Assos, nous le prîmes à bord et gagnâmes Mitylène. De là, nous repartîmes le lendemain et parvînmes devant Chio. Le jour suivant, nous touchions à Samos, et, après nous être arrêtés à Trogyllion, nous arrivions le jour d'après à Milet. Paul avait en effet décidé de passer au large d'Ephèse, pour ne pas avoir à s'attarder en Asie. Il se hâtait afin d'être, si possible, le jour de la Pentecôte à Jérusalem.

Adieux aux anciens d’Ephèse
De Milet, il envoya chercher à Ephèse les anciens de cette Eglise. Quand ils furent arrivés auprès de lui, il leur dit :
"Vous savez vous-mêmes de quelle façon, depuis le premier jour où j'ai mis le pied en Asie, je n'ai cessé de me comporter avec vous, servant le Seigneur en toute humilité, dans les larmes et au milieu des épreuves que m'ont occasionnées les machinations des Juifs. Vous savez comment, en rien de ce qui vous était avantageux, je ne me suis dérobé quand il fallait vous prêcher et vous instruire, en public et en privé, adjurant Juifs et Grecs de se repentir envers Dieu et de croire en Jésus, notre Seigneur.
"Et maintenant voici qu'enchaîné par l'Esprit je me rends à Jérusalem, sans savoir ce qui m'y adviendra, sinon que, de ville en ville, l'Esprit Saint m'avertit que chaînes et tribulations m'attendent. Mais je n'attache aucun prix à ma propre vie, pourvu que je mène à bonne fin ma course et le ministère que j'ai reçu du Seigneur Jésus : rendre témoignage à l'Evangile de la grâce de Dieu.
"Et maintenant voici que, je le sais, vous ne reverrez plus mon visage, vous tous au milieu de qui j'ai passé en proclamant le Royaume. C'est pourquoi je l'atteste aujourd'hui devant vous : je suis pur du sang de tous. Car je ne me suis pas dérobé quand il fallait vous annoncer toute la volonté de Dieu.
"Soyez attentifs à vous-mêmes, et à tout le troupeau dont l'Esprit Saint vous a établis gardiens pour paître l'Eglise de Dieu, qu'il s'est acquise par le sang de son propre fils.
"Je sais, moi, qu'après mon départ il s'introduira parmi vous des loups redoutables qui ne ménageront pas le troupeau, et que du milieu même de vous se lèveront des hommes tenant des discours pervers dans le but d'entraîner les disciples à leur suite. C'est pourquoi soyez vigilants, vous souvenant que, trois années durant, nuit et jour, je n'ai cessé de reprendre avec larmes chacun d'entre vous.
"Et à présent je vous confie à Dieu et à la parole de sa grâce, qui a le pouvoir de bâtir l'édifice et de procurer l'héritage parmi tous les sanctifiés.
"Argent, or, vêtements, je n'en ai convoité de personne : vous savez vous-mêmes qu'à mes besoins et à ceux de mes compagnons ont pourvu les mains que voilà. De toutes manières je vous l'ai montré : c'est en peinant ainsi qu'il faut venir en aide aux faibles et se souvenir des paroles du Seigneur Jésus, qui a dit lui-même : Il y a plus de bonheur à donner qu'à recevoir."
A ces mots, se mettant à genoux, avec eux tous il pria. Tous alors éclatèrent en sanglots, et, se jetant au cou de Paul, ils l'embrassaient, affligés surtout de la parole qu'il avait dite : qu'ils ne devaient plus revoir son visage. Puis ils l'accompagnèrent jusqu'au bateau.

 

 

Méditation - Les dons du Saint-Esprit

Le don de piété filiale - 1ère partie

La Piété est un don par lequel nous vénérons et nous aimons Dieu et les Saints, et nous avons des sentiments de miséricorde et de bienveillance envers le prochain pour l’amour de Dieu.
Il s’agit d’une confiance filiale, c’est à dire à la fois très simple, spontanée, et concrète envers Dieu-Père. C’est l’enfant qui va vers son papa, sa maman avec confiance. Il a une relation simple spontanée avec eux. C’est la relation sans nœud, sans sous-entendu avec Dieu. Il n’y a pas d’aparté, pas de nuages. Le Saint Esprit nous apprend à être simples avec Dieu.
Quand on découvre que cette Paternité est unique, on ne peut avoir qu’une piété filiale envers Lui, une confiance à toute épreuve, une spontanéité sans calcul. C’est un élan tout pur vers Dieu. C’est surtout dans la prière qu’on ressent cet élan comme un enfant qui se jette dans les bras de son Père. C’est l’Esprit-Saint qui nous faire dire : « Abba ! »
L'Esprit de Piété est semblable à la seconde béatitude de l'Evangile dont le Seigneur a dit : « Heureux ceux qui sont doux, car ils posséderont la terre » Dieu a dit, dans Isaïe, de ceux qui sont animés de cet esprit : « L'esprit du Seigneur est sur moi, Il m'a envoyé prêcher à ceux qui sont doux » (Is 61,1). « Moïse était aussi le plus doux des hommes qui vivaient sur la terre » (Nb 12,3). C'est de ces hommes que Job dit : « Le Seigneur élève très haut les humbles : et Il relève ceux qui sont affligés en leur accordant la sûreté. » (Jb 5,12). Aussi est-il dit de même du Seigneur : « Il sauvera ceux qui sont humbles d'esprit » (Ps 32,19).

 

Prière :  La prière des apôtres est puissante et fait descendre le Saint Esprit. Seigneur accordez-nous de rencontrer de tels apôtres et aussi de devenir de tels apôtres.
Nous vous rendons gloire Père, pour votre sainte Mère. Aujourd’hui c’est elle qui intercède pour nous, nous prend dans ses bras, nous berce afin que nous retrouvions notre cœur d’enfant et qu’il soit guéri par l’amour du Père.
Que l’esprit Saint nous aide à laisser pénétrer cet amour afin qu’il se déverse dans le monde.

 

Une dizaine de chapelet à offrir pour que la Vierge Marie nous accompagne jusqu’à la Pentecôte comme les disciples au Cénacle.

Prier avec le Rosaire permanent

 

Pour recevoir quotidiennement dans votre email la méditation jusqu'à la Pentecôte

Pour retrouver les jours précédents

 

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.