Logo Etoile Notre Dame

Etoile Notre Dame

« Allez de toutes les nations faites des disciples » (Mt 28,19)

Circulation d’amour – Episode 27

Chapitre 11 – Pèlerinage à Medjugorje

 

Ps 117,17 : « Non, je ne mourrai pas, je vivrai et publierai les œuvres du Seigneur »

 

Bridget, depuis une dizaine d’années avait pris l’habitude de partir une semaine en pèlerinage, une fois par an. Je ne l’accompagnais pas, je n’étais pas intéressé par cette démarche que je trouvais pour le moins surprenante, Dieu étant partout et surtout en nous, pourquoi aller faire tant de kilomètres ? En y réfléchissant même de plus près, j’étais par un certain côté ennuyé de ne pas partager ces moments avec elle, mais en parallèle j’étais aussi convaincu qu’elle en faisait beaucoup trop. « Le cœur et la raison sont comme deux ailes qui permettent à l’esprit humain de s’élever vers la contemplation de la vérité. » à certains moments j’avais l’impression par rapport à cet écrit du pape Jean Paul II que nous étions Bridget et moi, chacun une des ailes en question, à l’opposé mais également si indispensablement complémentaires et faisant partie d’un même corps.

L’idée même de partir avec un groupe de pèlerins représentait pour moi une autre forme de contrainte que je n’appréciais pas du tout. Le groupe par définition représente un carcan dont il devient, très certainement, à un moment ou à un autre, difficile de se passer, au détriment, finalement de sa liberté de penser et de sa propre unicité. Mais la recherche d’un sentiment de sécurité, je le comprends bien, aide à la constitution de groupes qu’ils soient religieux, politiques ou de pensées. Lorsque l’homme démissionne de sa responsabilité personnelle pour se fondre dans un groupe, il s’expose à devenir le jouet de forces qu’il ne pourra plus maitriser.

Au sujet de la spiritualité qui régnait dans ma famille, mes parents avaient toujours été discrets sur le sujet voir muets, mon père systématiquement signait le pain d’un signe de croix avant de le couper en tranches. Lorsque je lui demandais s’il croyait en Dieu il me répondait «oui !» sur un ton qui ne me permettait pas de lui poser une autre question. Lorsqu’il évoquait un détail de la vie d’une personne décédée, il finissait toujours sa phrase d’un …« paix à son âme ! »

Sa retenue sur le sujet m’obligeait à encore plus réfléchir. Elle me démontrait qu’il ne voulait aucunement m’influencer dans ce domaine.

Avant que la vente de l’entreprise ne se réalise, en mai 2007, j’avais proposé à Bridget de l’accompagner à Medjugorje. Elle en avait été agréablement surprise puisque c’était la première fois depuis dix ans que j’acceptais de partir avec elle en pèlerinage et de plus dans l’endroit qu’elle préférait. Cette fois-là c’était moi qui étais initiateur, à n’y plus rien comprendre pour elle, pour moi non plus d’ailleurs !

J’avais fait cette démarche sans trop réfléchir, mais en m’avançant de la sorte et avec la joie de Bridget je ne pouvais plus faire machine arrière même si l’idée m’en était venue.

Sa joie me contentait et suite à cet effet d’annonce je pensais rapidement à d’autres choses comme pour évacuer rapidement les conséquences de cette surprenante proposition...

 

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.