Logo Etoile Notre Dame

Etoile Notre Dame

« Allez de toutes les nations faites des disciples » (Mt 28,19)

Circulation d’amour – Episode 47

Le voyage de retour se déroula sans un mot de part et d’autre, vingt kilomètres paraissent rapides à certains moments mais très longs à d’autres, c’était ici le deuxième cas qui prédominait largement.

J’avais été confronté plusieurs fois dans ma carrière à des cas difficiles à résoudre. A chaque fois les solutions trouvées avaient été le résultat de compromis entre les protagonistes, qui acceptaient en final et après négociation une partie des torts. L’honnêteté et le respect étaient en général les deux notions permettant d’arriver à cette finalité. Il devenait évident qu’il était urgent maintenant de comprendre quelles étaient les solutions possibles tant au niveau juridique que psychologique pour pouvoir contrer cette prise de position d’Ahriman difficilement prévisible qui était d’une hypocrisie manifeste excluant toute honnêteté intellectuelle.

Je devais exposer à Bridget et Stéphane, ce que je venais de vivre avec Ahriman.

A ce moment-là, je ne voyais pas vraiment quels chemins prendre afin de récupérer notre propriété. Cela générait un autre problème d’identité puisque cette marque représentait également la dénomination sociale de Sentum. Mon avocat qui, au passage, était impliqué dans cet oubli, m’avait confirmé que vouloir récupérer cette marque, engendrerait des difficultés puisque le propriétaire officiel en était Vestaplus depuis plus de quinze ans et que cela n’avait pas été changé uniquement par omission. Je pouvais par contre en théorie refuser le contrat que Ahriman me demandait de signer, mais il me tenait bien dans sa toile qu’il avait mise six mois à tisser silencieusement sans que je me rende compte de sa démarche.

Quelques semaines après cet épisode, avec l’accord de ma famille, je décidais de provoquer une réunion avec Ahriman, afin d’essayer pour la dernière fois de trouver le bon compromis.

- « Allo, bonjour, je te téléphone pour trouver cette semaine si possible une date de rendez vous » ;

- « Oui pas de problème je te propose jeudi en fin de matinée vers 11 h »

- « Parfait, je te remercie, bonne fin de journée. »

- « A toi pareillement ».

Les discussions étaient réduites à leur plus simple expression.

- « Stéphane, tu vas venir avec moi, comme cela tu auras en direct tes propres ressentis, et ce genre de discussion ne pourra que faire grandir ton expérience, donc jeudi prochain vers 11 heures. »

Le jeudi suivant à l’heure dite, Stéphane et moi étions devant le bureau d’accueil de Vestaplus, où se trouvait Catherine, la secrétaire que j’avais recruté dix ans auparavant :

- « Catherine, bonjour, nous avons rendez vous avec Ahriman, mais je ne vois pas sa voiture sur le parking ? »

- « Monsieur Gardon à quelle heure aviez vous rendez vous ? »

- « A 11H, pourquoi y a-t-il un souci ? »

- « Je pense que oui, Mr Ahriman est parti depuis un quart d’heure, en disant à tout le monde que vous aviez sollicité un rendez vous à 10 h, pour vous excuser de la situation actuelle, et que votre désinvolture en ne respectant même pas l’heure du rendez vous était désobligeante et démontrait bien votre état d’esprit ! »

- « Catherine, ceci est entièrement faux nous avions rendez vous à 11 heures ! » Incroyable, il savait pertinemment que nous étions dans nos locaux puisque nos voitures sont depuis 8 h ce matin sur le parking, il pouvait même les observer par la fenêtre de son bureau. Si sa démarche avait été véritablement sincère, il aurait pu vérifier facilement que nous étions là puisque nous travaillons dans le même bâtiment. En cas de doute il aurait pu nous téléphoner. Mais il est parti, en prenant bien soin de nous traiter à la cantonade, de désinvoltes, et de personnes ayant fait preuve d’impolitesse»...

 

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.