Logo Etoile Notre Dame

Etoile Notre Dame

« Allez de toutes les nations faites des disciples » (Mt 28,19)

Circulation d’amour – Episode 48

« Je suis désolée Monsieur Gardon, après ce que vous venez de me dire, je comprends un peu mieux la situation, je vous avoue qu’avant votre explication, Monsieur Ahriman avait réussi à me faire penser que vous étiez fautifs, malgré le fait que je vous connaisse plutôt bien, vous et Stéphane, j’étais très étonnée. Je vous demande de ne pas lui répéter ce que je vais vous dire, mais j’avoue que cet homme me fait peur. Je cherche actuellement un emploi dans une autre société. Depuis que vous et votre épouse n’êtes plus dans la société, la situation est intenable. »

Ceci démontrait clairement toutes les manigances et manipulations dont il était capable afin de présenter sa victime comme fautive. Son plus grand art était de savoir inverser les rôles et de se faire passer pour la victime. Il s’agissait d’un véritable comédien. Le faisait-il consciemment ? Si oui, j’avais affaire à un pervers, ou inconsciemment ? Il s’agissait alors d’un malade psychiatrique. Je n’avais pas suffisamment d’éléments ni de compétences pour avancer dans mon analyse, mais je commençais à comprendre que la situation devenait anormale. Sa tactique semblait affûtée, maitrisée, redoutable. Je prenais conscience que Souaigue m’avait complètement isolé par rapport aux personnes impliquées dans cette affaire, en particulier de mes anciens cadres et employés. Je me demandais quelle méthode il avait pu utiliser, quels arguments il avait utilisés, comment il avait réussi à m’isoler complètement de mes anciens salariés. C’était une situation incompréhensible puisque j’avais toujours, accompagné par Bridget, pris en charge les problèmes humains du personnel, les salaires et les avantages en nature octroyés qui étaient conformes à ceux utilisés dans le marché. Il avait dû recréer de toutes pièces une histoire différente, dans laquelle je ne devais pas avoir le beau rôle.

- « Catherine, vous devez comprendre que le temps est un facteur indispensable pour juger de la qualité de la confiance. Je ne tiens pas spécialement à ternir l’image de votre nouveau dirigeant mais cette situation est pour le moins curieuse. »

Le temps passait et me permettait maintenant de mieux définir le caractère, les actions et les réactions de cet individu auquel je prêtais de plus en plus une notion de perversité.

Je n’étais qu’au début de cette découverte, Ahriman m’avait proposé une autre date éloignée de plus de trois semaines de ce rendez vous manqué. Cela ne m’étonnait pas outre mesure, simplement par ce délai il me faisait comprendre que c’était lui et lui seul qui décidait ; que les trois semaines de délai correspondaient au fait que pour lui ce sujet n’était pas de la plus haute importance. Il devait tabler sur le fait que ma colère serait alors comme un soufflé retombé, puisque en toute connaissance de cause, il connaissait, lui, la vérité...

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.