Logo Etoile Notre Dame

Etoile Notre Dame

« Allez de toutes les nations faites des disciples » (Mt 28,19)

Le mois de Jésus naissant - 30 décembre - Les Rois mages

Pour recevoir quotidiennement par mail, la méditations et les prières du mois de Jésus naissant, rendez-vous sur cette page 

Le récit de Matthieu ne dit presque rien des Mages. Il signale seulement que ces mages venaient d'Orient. (Évangile selon saint Matthieu Chapitre 2)
Les mages auraient été qualifiés du titre de roi dès le IIIe siècle, mais c'est seulement au XIIe que cette royauté des mages est reconnue par la liturgie et l'iconographie. Considérés comme saints, leurs reliques arrivèrent au XIIe à la cathédrale de Cologne. Au VIe siècle l'Église donne des noms aux rois mages Gaspard, Melchior et Balthazar, avec ces noms, ils sont devenus des personnages légendaires, et en même temps presque vivants. Les crèches les représentent en magnifiques costumes imaginés orientaux, avec des chameaux et des serviteurs.
D'abord Arabes ou Persans, ils sont ensuite représentés comme appartenant à trois peuples différents ou aux trois continents alors connus, l'Asie, l'Europe et l'Afrique. Ils représentent maintenant toute l'humanité.

JMJ Cologne : rencontre mondiale de la jeunesse à Cologne en 2005 sur le thème: "Nous sommes venus l'adorer".
Le choix de ce thème s'explique par une "pieuse tradition" selon laquelle des reliques des rois mages se trouvent dans la cathédrale de Cologne. Celle-ci attire, depuis le XIIe siècle, des pèlerins du monde entier. Comme les rois mages, comme ces pèlerins qui les ont précédés, les jeunes sont invités à venir rencontrer et adorer Jésus Christ.
L’adoration est réservée à Dieu. C’est ce dont témoignent les mages en offrant à Jésus nouveau-né de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Ils font le don de leur vie, de leurs prières et de leur gratitude.
S'en retournant de Bethléem, les mages repartent par un autre chemin, libérés des conventions du monde. Cette nouvelle voie qu’ils empruntent est signe de conversion.
Dans la magnifique cathédrale de cette ville, au cœur de l'Allemagne et de l'Europe, on vénère les reliques des saints Rois Mages, qui sont donc devenus en un certain sens vos guides vers ce rendez-vous. Ils vinrent de l'Orient pour rendre hommage à Jésus et déclarèrent:  "Nous sommes venus l'adorer" (Mt 2, 2). Ces paroles, si riches de signification, constituent le thème de votre itinéraire spirituel et catéchétique vers la Journée mondiale de la Jeunesse.

Jean-Paul II, Angelus, 20 mars 2005
Le 6 janvier 2010 en la solennité de l'Épiphanie, Benoît XVI commentant à l'homélie un passage du Livre d'Isaïe et un passage de l'Évangile de Matthieu, a dit que les Mages sont les premiers d'une longue procession de ceux qui, "tout au long de l'histoire, ont reconnu le signe de l'étoile et suivi les voies de l'Écriture pour rencontrer celui qui malgré son apparente fragilité offre au cœur de l'homme la plus haute félicité". Dans l'Enfant Jésus "Dieu démontre qu'il nous connaît et qu'il nous est proche, que sa grandeur n'est pas dans la logique du monde mais dans celle de l'enfant sans défense, dont la seule force est l'amour donné. A chaque période, les personnes éclairées par l'étoile trouvent le chemin qui y conduit, vivant ainsi l'expérience même des Mages".
Puis, à l'angélus, il a rappelé cette grande fête de "la manifestation du Seigneur aux peuples représentés par les mages venus d'orient pour adorer le Roi des Juifs". La lumière de l'étoile et celle de l'Écriture guidèrent ces chercheurs de la vérité... C'était des hommes de savoir, qui observaient le ciel comme un livre rempli de signes et de messages divins adressés à l'homme. Loin de s'en contenter, leur science était ouverte aux révélations et aux appels divins".
(source VIS 100107) - Source Nominis.cef.fr

O mon âme ! 
Que craignons-nous dans l’oeuvre de Dieu ? Les obstacles que nous suscitent les grands de la terre et leur fausse politique ? Quand le monde sera plus fort que Dieu, nous devons tout craindre. Tant que Dieu sera comme il est, le seul puissant, tout-puissant même, nous n’avons qu’à marcher la tête levée.

Prière
Donnez-moi cette foi ferme et inébranlable qui m’empêche de m’arrêter dans les voies du salut ; qui me rende victorieux de tous les combats, et supérieur à tous les dangers ; qui me fasse préférer aux intérêts du monde le bonheur de vous aimer et de vous servir, afin que mon cœur, dégagé de tout attachement pour les plaisirs et les jouissances terrestres, tourne uniquement ses regards vers le séjour de gloire et de beatitude où je dois être uni à vous pour vous posséder éternellement.

Résolutions
Je demanderai humblement à Dieu les dons de sa grâce ; je la regarderai comme un trésor précieux dont je dois pas abuser, et je m’imposerai quelque pratique de pénitence toutes les fois que je découvrirai en moi une résistance volontaire à ses inspirations ;
Je regarderai les maladies corporelles que Jésus a si souvent guéries, comme l’image des maladies spirituelles qui affligent mon âme. Je redouterai ces dernières encore plus que les maux du corps, et lorsque je m’en verrai attaqué, je me hâterai de faire usage des remèdes que mon Sauveur a bien voulu m’enseigner. 

 

Prière devant la crèche

Ô Jésus qui avez poussé l'amour de la pauvreté jusqu'à vouloir naître dans une étable, n'ayant pour berceau qu'une misérable crèche et qu'un peu de paille pour couchette, accordez-moi la grâce d'aimer la pauvreté et de mépriser tous les biens de la terre pour ne plus m'attacher qu'aux biens impérissables du ciel. Faites que je comprenne bien cette parole de votre Evangile : "Bienheureux les pauvres en esprit, parce que le Royaume des Cieux est à eux !"

Ô Marie ! Ô la plus pauvre des servantes du Seigneur, priez pour moi afin que mon cœur se détache des biens de la terre et qu'étant bien vide de toutes les choses de ce monde, il puisse s'enrichir des trésors de la grâce et se remplir de toutes les vertus.

Permettez-moi de m'agenouiller au pied de la crèche pour y adorer l'Enfant Jésus. Laissez-moi contempler ce petit Enfant, ce Jésus des petits et des pauvres, ce Trésor de ceux qui n'ont point, ce Pain délicieux des misérables qui sentent leur indigence, ce Pasteur des brebis perdues qui vient leur ouvrir le bercail de sa miséricorde.

Et vous, bienheureux Saint Joseph qui préparez avec amour le berceau de l'Enfant Jésus dans cette pauvre étable, aidez-moi à préparer mon cœur qui est destiné à être la demeure du divin Enfant et que je supplée ainsi par ma ferveur et mon amour à mon dénuement et à ma pauvreté.

Puissé-je, à l'exemple des bergers, être toujours prêt à venir dans cette étable bénie pour y reconnaître et y adorer Celui que les anges adorent et contemplent dans le Ciel. Puissé-je aussi, à l'exemple des rois mages, être fidèle à la grâce de Dieu, surmonter avec courage les difficultés qui s'opposent à mon union avec Lui et apporter comme eux au divin Enfant les présents de mon esprit par la foi, de mon cœur par l'amour, de mon corps par l'obéissance.

Et vous, Saint Enfant Jésus, que j'aime à vous voir, à vous contempler dans ce pauvre lieu ! Comme vous avez bien fait de naître dans cette étable ! Là, votre accès est facile, tout le monde a le droit de venir vous visiter et vous le voulez ainsi pour recevoir tout le monde. Si vous naissez ainsi pauvre, c'est pour m'apprendre que le premier pas dans la vie parfaite est la pauvreté. Je l'embrasse donc avec joie et amour. Cette belle pauvreté, je veux en faire ma vertu chérie. Ce sera la première de mes vertus. Puisque c'est par elle que vous venez à moi, c'est aussi par elle que je veux aller à vous.

 

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.