Le Pape confie au Sacré Cœur de Jésus la vocation des soignants

François s’est rendu à l’hôpital Gemelli, l’un des plus importants centres hospitaliers universitaires d’Italie, pour célébrer en plein air une messe à l’occasion des soixante ans de l’inauguration de la Faculté de Médecine et Chirurgie de l'Université Catholique du Sacré-Cœur, rattachée à cet hôpital.

Le Saint-Père a invité à «entretenir la mémoire de ceux qui nous ont aimés, qui ont pris soin de nous, qui nous ont élevés».
Le Cœur de Jésus guérit notre mémoire parce qu'il la ramène à l'affection fondatrice. Il l'enracine sur la base la plus solide. Il nous rappelle que, quoi qu'il nous arrive dans la vie, nous sommes aimés… Un mot fraternel, un sourire, une caresse sur le visage : ce sont des souvenirs qui guérissent intérieurement, ils font du bien au cœur. N'oublions pas la thérapie par la mémoire !

Demandons la grâce de nous passionner pour l'homme qui souffre, de nous passionner pour le service, afin que l'Église, avant d'avoir des mots à dire, garde un cœur qui batte d'amour.

Jésus, le Dieu-avec-nous, nous donne la force, son Cœur nous donne le courage dans l'adversité.

Le Cœur de Jésus bat pour nous : "Courage, courage n'ayez pas peur, Je suis là! Courage sœur, courage frère, ne te décourage pas, le Seigneur ton Dieu est plus grand que tes maux, il te prend par la main et te caresse. Il est proche, il est plein de compassion, il est tendre. Il est ton réconfort».

Le Pape a encouragé l’assemblée à «partager, se soutenir mutuellement, avancer ensemble», pour «l'avenir des soins de santé, en particulier des soins de santé "catholiques"».

Il a formulé cette prière: “Que Jésus ouvre le cœur des personnes qui s'occupent des malades à la collaboration et à la cohésion. À ton Cœur, Seigneur, nous confions la vocation au soin: fais-nous sentir chère chaque personne qui s'approche de nous en étant dans le besoin.”

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.