Logo Etoile Notre Dame

Etoile Notre Dame

« Allez de toutes les nations faites des disciples » (Mt 28,19)

Lundi 25 décembre 2017 : Nativité de Jésus

Quelle est la femme qui, en Israël, ne désirait pas ardemment donner le jour au Messie ! Par la foi, Elisabeth fut en mesure, guidée par le Saint Esprit, de contempler la réalisation de ce grand mystère. De son cœur s'est élevé un véritable hymne : elle chante la part bénie de Marie qui a cru à ce qui lui a été annoncé. Elle sait qu'il y aura pour elle « un accomplissement des choses qui lui ont été dites de la part du Seigneur » (Luc. 1,45).

A son tour, Marie proclame les grands bienfaits reçus du Seigneur. Elle parle sous la conduite de l'Esprit Saint. Dans son cantique, qu'on a appelé le « Magnificat » elle célèbre la puissance, la sainteté et la miséricorde de Dieu « sur ceux qui Le craignent » (Ps. 103,17). Marie loue le Seigneur car il a accompli sa promesse : « Un Fils nous a été donné », et elle a été l’humble servante choisie par Dieu pour la réalisation de cette promesse.

A Noël, nous célébrons la Sainte Vierge, comme Mère de Dieu. Marie est vraiment la mère de notre Sauveur, Jésus. Il nous est difficile de comprendre ce mystère de l’Incarnation. Au mystère de ce Dieu éternel, tout-puissant, infini, qui devient un homme, qui devient un petit bébé. Jésus a voulu prendre sur lui toute la condition de l’homme, sauf le péché. Il est venu, comme tous les autres hommes, à travers le sein d’une femme, le sein de Marie. C’est un mystère que nous ne comprendrons vraiment jamais assez. Un mystère qui nous dépasse. Mais un mystère qui nous concerne au premier plan, car c’est pour nous, pour chacun de nous que Jésus est venu. Pour nous sauver, pour me sauver.

Toute la narration de la naissance de Jésus dans l’Evangile est pleine de pauvreté et de simplicité. Jésus est né dans une mangeoire pour animaux, il a été couché dans la paille, ses premiers visiteurs ont été de simples bergers des environs... Et pourtant il se dégage de tout cela une atmosphère de paix et de joie profonde, qui rejaillit, jusqu’à aujourd’hui, dans notre société. Il y a bien un lien entre la pauvreté et la joie, entre la simplicité et la paix. Celui qui cherche à avoir toujours plus et encore plus ne trouve jamais la vraie joie, car il ne profite jamais vraiment de ce qu’il a, et son cœur se ferme aux autres, de peur qu’ils lui prennent ce qu’il a. Celui qui cherche des explications à tout, qui veut toujours tout contrôler et tout comprendre, ne trouvera pas la paix, car nous n’aurons jamais un contrôle total de ce qui se passe dans notre vie et autour de nous. Pour trouver la paix et la joie, sachons donc vivre dans notre vie cet exemple de pauvreté et de simplicité que Jésus, Marie, Joseph et les bergers nous montrent.

Merci Marie d’avoir dit oui. Merci pour le don de ta vie, qui nous a permis d’avoir Jésus avec nous. Aide-moi à contempler, comme toi, ce que Dieu fait dans ma vie. Aide-moi à accomplir sa volonté tout au long de ma vie. Seigneur, merci de nous avoir donné ta mère, Marie, qui veille sur nous maintenant, après avoir veillé sur Toi.

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.