Logo Etoile Notre Dame

Etoile Notre Dame

« Allez de toutes les nations faites des disciples » (Mt 28,19)

Octobre mois du rosaire 31

Au XVIIème siècle :

Quant à la seconde partie de l'Ave Maria : les implorations, telles que nous les récitons actuellement, elle ne date guère que du XVI° siècle et n'a été généralisée qu'au début du XVII° siècle.

Ces implorations furent d'abord loin d'être uniformes. Dans un sermon sur la Passion, saint Bernardin (XV° siècle) ajoute à la formule, et benedictus fructus ventris tui cette prière : Sancta Maria, ora pro nobis peccatoribus.

Le Bréviaire Camaldule, imprimé à Venise en 1514, donne : Sancta Maria, Mater Dei, ora pro nobis peccatoribus, nunc et in ora mortis. Amen. Un Bréviaire franciscain de 1525 dit : Ora pro nobis peccatoribus, unuc et in hora mortis. Amen.

Dans un Bréviaire édité à Paris en 1509, on prescrit qu'au commencement de l'Office, après le Pater Noster, on dira l'Ave Maria en y ajoutant : Sancta Maria, Mater Dei, ora pro nobis peccatoribus, unuc et in hora mortis nostrae. Amen. Puis le : Credo in Deum.

Cette formule, qui est exactement la nôtre, prévalut peu à peu sur toutes les autres, après que Pie V eut prescrit, en 1568, l'adoption du nouveau bréviaire romain où elle se trouve. Au commencement du XVII° siècle, elle est en usage dans toute l'Eglise.

Notre Ave Maria constitue donc, au moins à partir de ce moment, une véritable prière universelle avec ses deux composantes : salutations et impétrations, dont la teneur même facilite l'emploi qu'on en fait, tant en public qu'en privé, dans le monde entier...

Lire la suite dans le livre : Priez le Rosaire, éditions Rassemblement à son image

 

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.