Turin était "maçonnique, anticléricale, et même démoniaque"

Le détail a fait, semble-t-il, les frais de l’abondance des propos du Pape à Turin. Il n’est pourtant pas anodin. À deux reprises le 21 juin – la première dans la basilique de Marie Auxiliatrice face à la famille salésienne, et la seconde lors de sa rencontre avec les jeunes Piazza Vittorio, le pape François n’a pas hésité à dénoncer l’influence néfaste de la franc-maçonnerie sur la jeunesse et l’Église en Italie à l’époque de Don Bosco. Quitte à l’associer à l’anticléricalisme, et même au satanisme.

Exhortant les jeunes à aller à contre-courant, il a en même temps souligné que, paradoxalement, un tel contexte n’a pas empêché, au contraire, la sainteté de fleurir en abondance. De là à transposer à l’époque actuelle, il n’y a qu’un pas. Voici ces deux passages, traduits par Aleteia :

Maçonnique, anticléricale et même démoniaque

"À la fin du XIXe siècle, cette région d’Italie était maçonnique, "bouffeuse de curés" ("mangiapreti"), anticléricale et même démoniaque, oui, démoniaque ! Turin est (a été ?) l’un des endroits le plus démoniaque (qui soit). Mais que de saints sont sortis d’ici ! Faites le compte !" 

Que de saints et de saintes sont nés à cette époque !

"Sur cette terre – je l’ai dit également à la famille salésienne –, à la fin du XIXe siècle, les conditions pour la croissance de la jeunesse étaient des plus mauvaises : la franc-maçonnerie battait son plein ("Il y avait la maçonnerie à plein", a dit le Pape littéralement, ndlr), Il y avait [de nombreux] 'bouffeurs de curés' et même des satanistes. Ce fut un des moments et un des endroits les plus mauvais de toute l’histoire de l’Italie. Mais si vous voulez faire un bel exercice à la maison, rechercher combien de saints et de saintes sont nés à cette époque ! Pourquoi ? Parce qu’ils se sont aperçus qu’ils devaient aller à contre-courant de cette culture et de cette façon de vivre la réalité. Si cette réalité est de verre, et non de diamant, [il faut chercher à] aller à contre-courant" 

De nombreux saints ou futurs saints

À Don Bosco, il faut en effet associer plusieurs de ses contemporains voire amis, Piémontais d’origine ou d’adoption, montés sur les autels ou en passe de l’être. Parmi ces derniers, figure la Française Juliette de Colbert-Maulévrier, épouse puis veuve du marquis di Barolo, qui a été déclarée vénérable par François en mai dernier.

L’Église a toujours affirmé l’incompatibilité de la foi catholique avec les idées de la franc-maçonnerie (cf. Peut-on être chrétien et franc-maçon de Mgr Rey, Éd. Salvator). Un jugement confirmé par le témoignage d’anciens franc-maçons convertis (ou revenus) au christianisme, comme celui de Serge Abad-Gallardo, architecte français, ancien membre de l’obédience du Droit Humain, émanation du Grand Orient de France. De son côté, Marthe Robin avait déclaré au Père Finet en 1936 que "parmi les erreurs qui allaient sombrer, il y aurait le communisme, le laïcisme et la franc-maçonnerie" (cf. Prends ma vie, Seigneur de Raymond Perret, Éd. Desclée de Brouwer). 

ELISABETH DE BAUDOÜIN

 

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.