Logo Etoile Notre Dame

Etoile Notre Dame

« Allez de toutes les nations faites des disciples » (Mt 28,19)

Parole pour le 31 mai 2018

 Lc 9, 43 – 45 « le Fils de l’homme va être livré aux mains des hommes »

Texte de méditation : BENOIT XVI (Homélie du 3 nov. 2011) : "A la lumière de la parole d’Os 6, le Seigneur Jésus est allé à la rencontre de la passion, a emprunté avec résolution le chemin de la croix ; Il parlait ouvertement à ses disciples de ce qui devait lui arriver à Jérusalem, et l’oracle du prophète Osée retentissait dans ses propres paroles : « Le Fils de l'homme est livré aux mains des hommes et ils le tueront, et quand il aura été tué, après trois jours il ressuscitera ». L’évangéliste souligne que les disciples « ne comprenaient pas cette parole. Nous aussi, face à la mort, ne pouvons manquer d’éprouver les sentiments et les pensées dictées par notre condition humaine. Et nous sommes toujours surpris et dépassés par un Dieu qui se fait proche de nous au point de ne pas s’arrêter devant l’abîme de la mort, qu’il traverse même, restant deux jours au sépulcre. Mais c’est précisément ici que se réalise le mystère du « troisième jour ». Le Christ assume jusqu’au bout notre chair mortelle afin qu’elle soit investie de la puissance glorieuse de Dieu, du vent de l’Esprit vivifiant, qui la transforme et la régénère. C’est le baptême de la passion (cf. Lc 12, 50), que Jésus a reçu pour nous et dont saint Paul parle dans la Lettre aux Romains. L’expression que l’apôtre utilise — « c'est dans sa mort que tous nous avons été baptisés » (Rm 6, 3) — ne cesse de nous étonner, tant elle résume avec concision le mystère vertigineux. La mort du Christ est source de vie, car en elle, Dieu a déversé tout son amour, comme dans une immense cascade, qui fait penser à l’image contenue dans le Psaume 41 : « L'abîme appelant l'abîme/au bruit de tes écluses, la masse de tes flots et de tes vagues/a passé sur moi » (v. 8). L’abîme de la mort est rempli par un autre abîme, encore plus grand, qui est celui de l’amour de Dieu, de sorte que la mort n’a plus aucun pouvoir sur Jésus Christ (cf. Rm 8, 9), ni sur ceux qui, grâce à la foi et au Baptême, sont associés à Lui: «Mais si nous sommes morts avec le Christ — dit saint Paul —, nous croyons que nous vivons aussi avec lui» (Rm 6, 8). Ce « vivre avec Jésus » est l’accomplissement de l’espérance prophétisée par Osée : « ... et nous vivrons en sa présence » (6, 2)."

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.