Logo Etoile Notre Dame

Etoile Notre Dame

« Allez de toutes les nations faites des disciples » (Mt 28,19)

Un mois avec saint Michel 24e jour - Saint Michel, l'ange des enfants

Dieu, dans la sainte Écriture, prend un titre bien humble, mais véritablement délicieux : il s'appelle le gardien des petits 1. Il les garde, en effet, avec un soin jaloux. C'est pourquoi il les confie à un de ses anges. Mais ce n'est pas assez d'un ange invisible. Aussi Dieu a placé près de l'enfant à son entrée dans la vie, deux gardiens visibles, et le leur remettant, il leur a dit : « Recevez cet enfant et nourrissez-le pour moi ; je vous donnerai moi-même votre récompense 2. »
Ces deux anges sont le père et la mère. C'est à eux de faire connaître à leurs enfants le Dieu qui veut être appelé leur Père. C'est à eux de pétrir ces jeunes âmes et de les façonner pour les luttes de la vie.
Sur les hautes chaînes des montagnes il y a des lacs ; leurs eaux comme endormies rayonnent au soleil et reflètent l'éclat des neiges voisines. Mais leur sommeil à ces hauteurs ne doit pas être éternel. Bientôt les hommes qui en ont besoin leur ouvrent des canaux de sortie. Ainsi dirigées, ces eaux descendent le long des pentes abruptes et s'en vont porter aux champs la fraî­cheur qui les féconde, et aux usines ces forces énergiques qui décuplent l'activité humaine.
Ainsi au foyer, dans les bras maternels, dor­ment les enfants. Mais cette heure paisible passera vite : demain sonnera l'heure de l'action. Il faut les préparer à descendre le chemin où Dieu les appelle, les armer pour le combat qu'ils devront livrer. Quel sera ce chemin et quel sera ce combat ? Qu'importe, s'ils ont le cœur sain et robuste, l'amour de tout ce qui est grand et pur, la haine de tout ce qui est bas et vil. Voilà l'œuvre de l'éducation.

Mais le mal aujourd'hui est partout. Il s'offre de mille manières aux regards naïfs de l'enfant ; de bonne heure il frappe à la porte de son cœur. Quel malheur, s'il y pénétrait ! Il y exercerait des ravages capables d'empoisonner la vie pré­sente et de compromettre l'éternité entière.
L'œuvre de l'éducation est donc d'une souve­raine importance. Pour aider les parents à la mener à bonne fin, pour protéger les premiers pas de l'enfant dans la vie, saint Michel inter­vient.
L'Église elle-même nous autorise à le procla­mer. Et ce n'est pas sans un motif profond qu'elle fait lire aux fêtes du glorieux Archange les paroles de malédiction proférées par Notre ­Seigneur contre les audacieux qui scandalisent les petits, ces petits dont les anges voient la face du Père qui est dans les cieux 3. Elle nous indi­que par là que les anges ont reçu la mission de prodiguer aux enfants leurs soins empressés, et que cette mission n'est pas indigne des plus sublimes esprits, ni même de saint Michel, leur prince.
C'est donc une heureuse pensée de consacrer les enfants à saint Michel. Comme il est le guide de tous les anges, qui tous sont ses inférieurs, il dirige, dit saint Alphonse, nos anges gardiens, en leur apprenant la meilleure manière de nous conduire et de nous défendre 4. Il dirigea les anges de ces enfants, ainsi ils seront mieux gar­dés, ils grandiront dans le bien et la vertu pour le bonheur de leurs parents et l'honneur de la religion.

Pratique. Consacrons les enfants à saint Michel, donnons-leur son nom, et confions à la garde de saint Michel les maisons d'éducation.

Histoire. Christine, enfant de dix ans, avait embrassé la foi de Jésus-Christ. Son père, pour l'obliger à renoncer à la reli­gion, osa se faire lui-même son bourreau. Par son ordre elle fut déchirée sur le chevalet ; il voulut même la livrer aux flammes. Mais le ciel protégeait Christine ; elle échappa à la mort. Obstiné dans sa fureur, son bourreau la jeta en prison. Un ange descendit au fond du cachot, guérit la jeune martyre et lui donna une nouvelle vigueur d'esprit et de cœur. Ce qu'apprenant, le père dénaturé commanda de lui attacher une pierre au cou et de précipiter dans les flots l'héroïque enfant. Mais Dieu, qui l'avait préservée des flammes, sut aussi la préserver des eaux. Le même ange qui l'avait suivie en prison, l'accompagna dans la mer, l'en fit sortir et l'amena au rivage, où elle fut trouvée saine et sauve.
Au témoignage du bienheureux Jacques de Voragine, ces prodiges furent l'œuvre de saint Michel. Ainsi il garde la foi et la vertu de l'enfant chrétien contre le feu des passions et contre les flots de l'impiété.

1. Ps., 114, 6.
2. Ex., 2, 9.
3. Mt., 18, 10.
4. Saint Michel, 5e consid.

 

Prière : Anges du ciel, vous que saint Michel a com­mis, au nom de Dieu, à la garde des enfants, couvrez de vos ailes leurs berceaux et leurs jeunes ans ; protégez leur fragile existence et éloignez d'eux l'ombre même du mal. Suppléez à la vigilance souvent en défaut de leurs visibles gardiens, donnez-leur des maîtres chrétiens et conservez en eux l'innocence et la foi. Saints anges gardiens, priez pour eux. Saint Michel, défendez-les. Ainsi soit-il.

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.