Logo Etoile Notre Dame

Etoile Notre Dame

« Allez de toutes les nations faites des disciples » (Mt 28,19)

Télécharger

Carême 2021 - Jour 13 : conclusion et pause

 

Zacharie 2,13 : « Que toute chair fasse silence devant l'Éternel ! Car il s'est réveillé de sa demeure sainte. »

 « Tout se passe selon un rythme plus profond (...) qu'il faudraiot enseigner à écouter : c'est la chose la plus importante que l'on puisse apprendre dans cette vie. Ainsi, le silence peut être une voie qui conduit à la profondeur. C'est pourquoi pour les grandes femmes et les grands hommes de l'esprit aimaient et vivaient le silence »  Etty Hillesum, journal


Conclusion et pause
(Frère Emiliano)* : Notre itinéraire de carême arrive déjà à une étape. Quitter les ermitages signifie souvent laisser le silence qui a été gardé jusqu'ici. Cependant, quitter ne signifie pas abandonner. On quitte le silence physique mais on conserve le silence intérieur. Nous quittons la situation idéale mais embrassons la réalité, celle du quotidien, avec ses soucis et ses contradictions. C'est sur ce banc d'essai que nous pouvons vraiment dire à quel point le silence expérimenté ces derniers jours nous parle, combien le silence gardé jusqu'ici nous habite.

Nous regardons ici le tableau de Fra Angelico qui représente la descente au séjour des morts.
Le Christ a embrassé le silence du sépulcre pendant trois jours. Que s'est-il passé pendant ces trois jours ? Un auteur chrétien ancien s'est posé la même question dans une belle homélie pour le Samedi saint. Il raconte que le Christ, descendu au séjour des morts, a engagé un dialogue suggestif avec Adam, dans lequel le premier père salue le dernier Adam qui vient le délivrer de  la mort. Fra Angelico, qui connaissait certainement bien le passage, a choisi une interprétation différente. Ce n'est pas Adam mais Abraham qui salue d'abord le Rédempteur. Abraham s'avance vers le Christ avec un pas égal et dynamique, revêtu d'une robe identique à celle de Jésus. Le pas énergique de ce Patriarche est suivi par Adam et Ève, les patriarches et les prophètes, puis tout le peuple de Dieu. L'entrée du Christ dans les ténèbres du tombeau met en déroute tous les ennemis de l'homme. Les démons fuyant la lumière se cachent partout où ils peuvent, et l'un d'eux reste littéralement écrasé par la porte en bois (un rappel explicite du bois de la croix) qui gardait l'empire des ténèbres. Comme dans la scène de Ressuscité avec Marie-Madeleine, les portes du jardin d'Éden sont de nouveau ouvertes. Le royaume des ténèbres a donc rendu ses prisonniers. Le Christ est le Seigneur du ciel et de la terre, des choses visibles et invisibles.
Le plus grand acte de charité du Christ, celui de nous libérer du péché et de la mort, constitue le cœur du message représenté par la fresque. Parmi les saints du Premier Testament, le plus grand dans la charité était le patriarche Abraham. En effet, il était grand, le plus grand dans la foi. Ceux qui suivent la même voie que le Christ sont ceux qui, comme Abraham, font les œuvres de la foi.

Voici, donc, que le silence est gardé par la foi. Et la foi est gardée dans le silence. À l'intérieur de ces deux pôles se joue le défi de ceux qui, après avoir suivi les pas du silence, se préparent maintenant à se frayer un chemin dans les rues du monde, tout en conservant intact le don reçu. 

- Le silence signifie sortir de l'enfer des pensées et de la confusion des sentiments où la volonté, le pouvoir et l'être s'annulent dans l'union avec Dieu.

- Dans le silence, écoute le chant des anges et l'ardeur du feu de l'Esprit qui, comme une brise légère, t'entraînent sur les océans illimités de l'Amour de Dieu.

- Le silence est la goutte qui tombe du ciel et pénètre la membrane de pierre de ton cœur et te transforme en un nouveau cœur et une chair nouvelle pour toute l'humanité.

- Le silence est l'énergie qui donne de la force au poids des jours et de la vie.

 

1. Cal Robert Sarah - La force du silence (cliquer pour déployer)

100 - L'amour silencieux ne peut grandir que dans l'humilité. Il y a un lien fondamental entre l'humi­lité et l'amour silencieux. Cet accord est prégnant et visible en Dieu. Le Père en qui nous croyons est infiniment humble, silencieux, dépouillé de tout souci de prestige. Saint Paul n'écrit-il pas aux Philippiens : « Ayez entre -vous les mêmes sentiments qui sont dans le Christ Jésus : lui qui était dans la condition de Dieu, il n'a pas jugé bon de revendiquer son droit d'être traité à l'égal de Dieu ; mais au contraire il se dépouilla lui-même en prenant la condition de serviteur. « Devenu semblable aux hommes et reconnu comme un homme à son comportement, il s'est humi­lié lui-même et devenant obéissant jusqu'à la mort, et la mort sur une croix » (Ph 2, 5-8) ? Sur la Croix, Dieu était « comme un agneau muet devant celui qui le tond, ainsi il n'ouvre pas la bouche » (Is 53, 7). L'Amour est toujours humble, silencieux, contem­platif et à genoux devant l'être aimé. Jésus illustre cette réalité lorsque nous le voyons, le soir du jeudi saint, à genoux, lavant les pieds de ses apôtres. Le lavement des pieds est une révélation, un dévoilement de ce qu'est Dieu. Il est Amour : Amour humble, sacerdotal et sacrificiel ; et l'humilité de Dieu est la profondeur même de Dieu.

23 - Que deviendra notre monde s'il ne recherche pas des espaces de silence ? Le repos intérieur et l'harmonie ne peuvent découler que du silence. Sans lui, la vie n'existe pas. Les plus grands mystères du monde naissent et se déploient dans le silence. Comment la nature se développe-t-elle ? Dans le plus grand silence. Un arbre pousse dans le silence, et les sources d'eau coulent d'abord dans le silence de la terre. Le soleil qui se lève sur la terre nous réchauffe, étincelant et grandiose, dans le silence. L'extraordinaire est toujours silencieux.
Dans le ventre de sa mère, l'enfant grandit en silence. Quand un nourrisson dore dans son berceau, ses parents aiment à le couver du regard en silence, pour ne pas le réveiller ; ce spectacle ne peut se contempler qu'en silence, dans l'émerveillement du mystère de l'homme en sa pureté originelle.

 

 

 

  • Résolution : Je sais que Jésus habite le silence, je vais dans la nature pour voir la gloire éclater dans sa création et goûter à sa présence silencieuse. Je veux l’adorer en contemplant la création, comme une fleur.

 


 

 


Prière à notre-Dame du silence

O Marie silencieuse, Toi qui as tout imaginé sans parler, au-delà de toute vision humaine, aide-moi à entrer dans le mystère du Christ doucement et en profondeur, comme un pèlerin brûlant de soif qui entre dans une grotte sombre au fond de laquelle il entend couler de l'eau paisiblement. Fais que, tout d'abord, je m'agenouille pour adorer. Et qu'ensuite, je touche le rocher avec confiance, pour entrer en toute sérénité dans le mystère. Enfin, fais que j’apaise ma soif dans l'eau de la Parole en silence comme Toi. Alors, ô Marie, le secret de ton Fils Crucifié me sera peut-être révélé dans son immensité infinie, et les images et les mots tomberont pour laisser la place uniquement à l'Infini. Amen


 

Sources utilisées pour le carême 2021

 

La force du silence, contre la dictature du bruit
du cardinal Robert Sarah, éditions Fayard

 

Le chemin du silence, manuel pour ceux qui cherchent le bonheur
de frère emiliano Antenucci, recteur du sanctuaire de Notre-Dame du silence en Italie. Editions du Carmel