Logo Etoile Notre Dame

Etoile Notre Dame

« Allez de toutes les nations faites des disciples » (Mt 28,19)

Télécharger

Neuvaine à Kateri Tekakwitha

Neuvaine à Kateri Tekakwitha - Du 7 au 16 avril

Introduction

Kateri Tekakwitha « Celle qui avance en hésitant »en langue iroquoise (1656-1680), est aussi connue comme le « lys des Mohawks ».

Elle est née à Ossernenon sur les rives de la rivière Mohawk, aujourd'hui située dans l'Etat de New York. Elle fut une jeune Agnière convertie au christianisme.

Après sa béatification par Jean-Paul II en 1980, un décret portant sur un nouveau miracle a été signé en décembre 2011 et a permis qu'elle soit déclarée sainte par l'Eglise catholique.

Elle devient ainsi la toute première autochtone d'Amérique du Nord à être canonisée, lors d'une cérémonie qui s'est déroulée le 21 octobre 2012 et présidée à Rome par le pape Benoît XVI.

Cette neuvaine, proposée par Etoile Notre Dame va nous faire découvrir cette première sainte indienne qui envers et contre tous, a suivi Jésus et Marie. Que comme elle nous devenions des exemples de sainteté.

Prières quotidiennes 

Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

Je crois en Dieu 

Prière à l’Esprit-Saint

Esprit Saint, apprends-nous à voir les signes que Tu nous adresses.

Esprit-Saint, Tu es le Feu, Tu es l’Amour, Tu es la Joie, Tu habites en moi.

J’éprouve parfois Ta présence dans cette allégresse qui irradie mon cœur.
Mais, trop souvent, je laisse retomber, comme un lourd couvercle,
la grisaille du quotidien, la fatigue, la lassitude,
l’angoisse même quelquefois.
Apprends-moi à reconnaître tous les signes de joie que tu m’adresses
par la beauté des plus humbles choses :
cette rose ouverte sur mon chemin, ces tas de légumes qui flamboient
sur les étals du marché, ce nuage ourlé de lumière qui fait croire au soleil.
Apprends-moi à lire Ton reflet dans les yeux de mes frères :
ce regard échangé en passant, cet instant de dialogue, sur le trottoir,
qui illumine un matin maussade, le sourire de cet enfant dans le métro,
qui répond au mien et qui me plante un gros baiser sur la joue,
cette amie accablée de tristesse qui m’a ouvert son cœur
et en a paru soulagée.

Tu es là, bien sûr, dans la tendresse de tous les miens,
mais aussi dans leur absence quand Tu me les rends présents.
Tu es là dans ce travail sur lequel je peine et je sais bien que c’est Toi
qui me donnes la force d’aller jusqu’au bout.
Apprends-moi à Te remercier avec joie de la tâche accomplie dans l’amour.

Tu es là lorsque je m’efforce de prier

et que mon esprit vagabonde sur tant de distractions ;
Tu m’appelles inlassablement.
De ma sécheresse et de ma pauvreté, fais monter une louange vers le Père.
Tu seras là quand le Christ me prendra par la main

pour m’entraîner dans la Joie Trinitaire.
Aide-moi à ouvrir tout grand mon cœur pour chanter avec Toi. Alléluia ! 

Prière à sainte Kateri Tekakwitha

Sainte Kateri Tekakwitha, comme une grande sœur auprès de Dieu,

tu veilles discrètement sur nous.

Que ton amour pour Jésus et Marie

nous inspire les paroles et les gestes de la fraternité,

de la réconciliation et du pardon.

Demande à Dieu de nous donner le courage, l’audace et la force

pour construire un monde de justice et de paix

entre nous comme entre les nations.

Comme toi, nous voulons aller à la rencontre du Seigneur

présent jusqu’au plus profond de la nature,

et devenir les témoins de la Vie.

Avec toi nous offrons notre louange au Père, au Fils et à l’Esprit. Amen.

Saints fondateurs de l’Eglise en Amérique du Nord. Priez pour nous.

Notre Père, 10 Je Vous salue Marie, Gloire au Père

Premier jour de la neuvaine : Kateri est « Le Lys des Agniers »

2 Thessaloniciens 3,5 :« Que le Seigneur dirige vos cœurs vers l'amour de Dieu et vers la patience de Christ ! »

La mère de Kateri, convertie au catholicisme, était algonquine alors que son père était agnier; ils venaient donc de deux tribus traditionnellement ennemies. Son lieu de naissance a vu le martyre d'Isaac Jogues, de René Goupil et de Jean de La Lande.

Surnommée le « lys des Agniers », parfois on appelle Kateri tout simplement Catherine. Elle est une figure importante de l'histoire catholique canadienne et même nord-américaine.

Devise de Kateri : « Qui est-ce qui m'apprendra ce qu'il y a de plus agréable à Dieu afin que je le fasse ? »

Sainte Kateri, sainte canadienne, sainte indienne, nous demandons ton intercession pour nos familles, nos paroisses, notre pays. Prie pour nous.

Prières quotidiennes

Deuxième jour de la neuvaine : Kateri veut se consacrer à Jésus

2 Timothée 1,7 :« Car ce n'est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d'amour et de sagesse. »

A l'âge de quatre ans, Kateri perd toute sa famille (ses parents et son frère) à la suite d'une épidémie de petite vérole qui frappe la région de 1661 à 1663. Sa vue est alors considérablement affaiblie et sa figure demeurera « grêlée » des suites de cette terrible maladie jusqu'à sa mort. Lorsqu'elle en a l'âge, ses parents adoptifs (oncle et tante) ainsi que le chef amérindien l'obligent à choisir un mari mais, elle souhaite ardemment conserver sa virginité afin de se consacrer à Jésus.

Les Iroquois sont bien en peine de la comprendre. Certes, elle participe aux travaux de la tribu, elle charme même tout le village par sa gentillesse et sa docilité, mais ses refus successifs de toute proposition de mariage choquent les mœurs des Indiens et provoquent mépris et jalousie. A plusieurs reprises, elle est même obligée de s'enfuir, ce qui ne l'empêche pas, au retour, de pardonner à tous ceux qui la font souffrir.

Miracle vivant que cette enfant, désormais revêtue d'un grand châle qui protège ses yeux du soleil, et qui n'aura pourtant de cesse de réaliser sans hésiter sa vocation : être pleinement unie à Dieu, alors qu'elle ne connaît pas encore le baptême. 

Sainte Kateri, prie pour ceux qui nous entourent et qui ne connaissent pas Jésus. Obtiens-leur le don de la foi et de l’amour pour Jésus.

Prières quotidiennes

Troisième jour de la neuvaine : Kateri veut devenir chrétienne

1 Jean 2,5 :« Mais celui qui garde sa parole, l'amour de Dieu est véritablement parfait en lui : par là nous savons que nous sommes en lui. »

Un jour, des missionnaires jésuites décident de s'installer pour quelques années au village. A leur contact, Tekakwitha prend conscience du désir qui l'anime : elle aspire, par le baptême, à devenir véritablement chrétienne. De sorte qu'en 1673, après que trente Iroquois adultes ont reçu le baptême, un des pères jésuites, Jacques de Lamberville, la remarque. Très vite, il est touché par la pureté et le courage de cette jeune fille. Tekakwitha a dix-sept ans ; grâce à lui, elle devient catéchumène et se passionne pour l'histoire sainte. Trois ans plus tard, enfin, elle réalise son vœu le plus cher : elle est baptisée le dimanche de Pâques 1676 en adoptant le nom de Kateri (Catherine, en iroquois). Sa simplicité, sa joie modeste, sa douceur foncière font l'émerveillement de tous les assistants et lui gagnent l'affection d'une partie de la population.

Une fois baptisée, Kateri réalise des progrès étonnants et rapides : ainsi elle manifeste une ferveur particulière devant le Saint-Sacrement qu'elle vient adorer une grande partie de la journée. Elle aime aussi retrouver sa chère forêt et prier devant une croix qu'elle a elle-même tracée sur l'écorce d'un arbre. Elle prie régulièrement pour le salut de ses frères, les Indiens, malgré la méchanceté, les calomnies et les persécutions de bon nombre d'entre eux qui n'acceptent pas la singularité et l'originalité de sa foi.

La vie de Kateri Tekakwitha est tout entière un message de simplicité évangélique, de générosité, de confiance et d'amour ardent pour le Christ.

Sainte Kateri, prie pour tous ceux qui ne sont pas baptisés. Que Jésus leur donne la grâce de le connaître et de l’aimer.

Prières quotidiennes

Quatrième jour de la neuvaine : Kateri s’enfuit au Canada

2 Corinthiens 13,11 :« Au reste, frères, soyez dans la joie, perfectionnez-vous, consolez-vous, ayez un même sentiment, vivez en paix ; et    le Dieu d'amour et de paix sera avec vous. » 

Pour la protéger, le P. de Lamberville l'aide à se réfugier à la Mission Saint François-Xavier, sur le Saint-Laurent. Il écrit au P. Frémin : « Vous connaîtrez bientôt le trésor que nous vous donnons. Gardez-le donc bien ! Qu'entre vos mains il profite à la gloire de Dieu… »

Le P. Frémin se rendit vite compte qu'elle était bel et bien un trésor. Sa douceur inaltérable, son humilité sans fanfreluches, sa bonté foncière, sa bonne humeur et même un certain humour gagnèrent rapidement le cœur de toute la population.

Chaque matin à quatre heures et ensuite à sept heures, elle assistait à la sainte messe. En tout elle était aussi fidèle que les étoiles du firmament. Par ignorance, cependant, elle se laissait aller à des mortifications excessives jusqu'à ce que son confesseur lui ait enjoint de les modérer. Il avait bien compris, pourtant, que ces pénitences étaient le fruit de son amour très vif pour le Seigneur Jésus, pour sa sainte Mère et pour son prochain, quel qu'il fût.

Kateri faisait ses délices de la prière : à cette époque, les églises étaient toujours ouvertes. Détail intéressant, jamais elle ne se livrait à l’adoration quand, dans sa cabane ou aux champs de maïs, le travail lui incombait.

Sainte Kateri, intercède pour notre humanité sans âme. Que l’esprit de pénitence, d’amour habite le cœur de tous les hommes de ce temps. 

Prières quotidiennes

Cinquième jour de la neuvaine : Kateri veut devenir religieuse

1 Jean 4,7 : « Bien-aimés, aimons-nous les uns les autres ; car l'amour est de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu. »

Kateri, à la Mission, semble avoir trouvé sa vraie famille. Des Indiens de tous les clans, en général ennemis : Algonquins, Hurons, Iroquois, y vivent en frères et s'aiment profondément. C'est dans ce milieu si favorable qu'elle s'épanouit, et qu'elle se prépare à la première communion pour Noël 1677, en se confiant à Marie, "la Mère du Grand-Esprit" comme l'appellent les Indiens. La jeune Amérindienne, illettrée, parvient même à ce que les théologiens appellent "l'union divine". 

Son désir d'être consacrée à Dieu seul, de ne vivre plus que pour Lui ne cesse de grandir ; elle soupire après la vie consacrée des "femmes blanches", les religieuses au service du Seigneur. Or, chez les Indiens, cela n'existe pas ; même les chrétiens du village ne peuvent admettre une telle démarche.

Elle désire entreprendre une démarche de conversion de la vallée iroquoise. La prière la transforme profondément à tel point que sa piété impressionne l'historien François-Xavier Charlevoix, en mission en Nouvelle-France sur les ordres du roi Louis XIV qui l'avait délégué.

Le 25 mars 1679, le P. Frémin permit à Kateri Tekakwitha de prononcer de façon privée le vœu de virginité et de se consacrer à Notre-Dame qu'elle aimait éperdument. 

Elle s'impose des mortifications de plus en plus pénibles, pour s'unir plus intimement, par amour, aux souffrances du Christ. L'église devient presque son unique demeure. Été comme hiver, avant le soleil, elle se lève à quatre heures du matin et vient s'agenouiller sur le seuil, immobile, en adoration ; elle assiste à toutes les messes et reste longtemps en prière devant le tabernacle ; elle visite les malades, rassemble autour d'elle les enfants, aide les missionnaires.

Le P. Cholenec écrit : "Cette jeune fille, toute sauvage qu'elle était, se trouvait si pleine de Dieu, et elle goûtait tant de douceurs, dans cette possession, que tout son extérieur s'en ressentait… Il ne fallait pas être longtemps avec elle pour en être ému et pour être réchauffé de ce feu divin."

Sainte Kateri, prie pour tous les consacrés, les religieux et religieuses. Que le Seigneur nous donne toujours de saints prêtres.

Prières quotidiennes

Sixième jour de la neuvaine : Kateri, fondatrice de communauté

Ecclésiaste 9,1 :« Oui, j'ai appliqué mon cœur à tout cela, j'ai fait de tout cela l'objet de mon examen, et j'ai vu que les justes et les sages, et leurs travaux, sont dans la main de Dieu, et l'amour aussi bien que la haine ; les hommes ne savent rien : tout est devant eux. »

Avec quelques amies, Kateri songea alors à fonder une communauté de religieuses indigènes, mais son directeur spirituel, persuadé qu'elle était trop jeune dans la foi pour une fondation de cette sorte, l'en dissuada. Il ne faut pas se surprendre qu'environ quarante ans plus tard, sa biographie traduite en espagnol facilita l'établissement des premières clarisses indiennes au Mexique, parmi lesquelles une descendante de l'empereur Montezuma.

Elle ne vécut toutefois que trois années sur les bords du fleuve Saint-Laurent. Mais on lui attribue néanmoins d'avoir sauvé la colonie des attaques autochtones, la vue de sa tombe ayant effrayé et ainsi découragé les envahisseurs. 

Mystère que cette humble présence de Dieu dans le cœur d'une fillette, isolée au milieu d'un peuple encore sauvage qui vit dans la forêt. Car, de sa petite enfance, Tekakwitha a gardé en mémoire les chants et les prières que lui a appris sa mère "Fleur-de-la-prairie". Dans le silence de la forêt, elle aime la retrouver, grâce au "Grand-Esprit", et prier sans cesse.

Sainte Kateri, protège les chrétiens, surtout ceux qui sont persécutés.

Prières quotidiennes

Septième jour de la neuvaine : Sainte mort de Kateri 

1 Thessaloniciens 4,4 :« Q ue chacun de vous sache posséder son corps dans la sainteté et l'honnêteté, sans se laisser emporter par la passion, comme les païens qui ne connaissent pas Dieu. »

Mais à un tel rythme, la santé de Kateri décline au point qu'elle est bientôt contrainte de s'aliter. Les enfants et les jeunes du village viennent la voir. Tous veulent l'écouter parler de Marie, de Jésus, du "Père qui est dans le ciel",des saints. Son visage est lumineux.

Au début de 1680, sa santé qui n'avait jamais été florissante s'altéra davantage à la suite d'une course avec des compagnes à Laprairie, quelques milles en aval du Saint-Laurent, par un jour froid à pierre fendre.

Le mardi de la Semaine Sainte, elle reçut le saint Viatique. On a retenu son regret que la seule robe qu'elle possédait ne fût pas convenable, à son avis, pour accueillir son Bien-Aimé. Le lendemain, elle ne s'opposa pas au départ de ses compagnes pour la cueillette du bois de chauffage et les assura qu'elle ne mourrait pas avant leur retour. Il en fut ainsi. Un peu après trois heures, en murmurant : "Jésus, Marie",elle alla à la rencontre du Seigneur. Elle avait environ vingt-quatre ans. En moins d'un quart d'heure son visage devint d'une beauté à ravir les missionnaires et tous les siens. 

En cette fin du XVII° siècle, où s'épanouissent le règne de Louis XIV et la grande spiritualité française, une petite âme infiniment discrète, à l'autre bout du monde, s'en va rejoindre le ciel à la rencontre du Seigneur. Une petite âme, dont la vie effacée, empreinte de réserve et de modestie, était toute tournée vers Dieu et vers son peuple pour lequel elle priait sans cesse, suppliant qu'il daigne accueillir pleinement la Bonne Nouvelle.

Sainte Kateri, nous te confions tous ceux qui vont mourir aujourd’hui. Que le face à face avec Jésus soit un passage de paix et de joie.

Prières quotidiennes

Huitième jour de la neuvaine : Kateri, symbole catholique intertribal polyvalent

2 Corinthiens 1,12 : « Car ce qui fait notre gloire, c'est ce témoignage de notre conscience, que nous nous sommes conduits dans le monde, et surtout à votre égard, avec sainteté et pureté devant Dieu, non point avec une sagesse charnelle, mais avec la grâce de Dieu. »

Au fil du temps, la réputation de Kateri se répand à travers le monde catholique, notamment grâce aux écrits dits «  relations des Jésuites ». Tout au long de sa courte vie, Kateri a beaucoup pratiqué le jeûne ainsi que la mortification, parfois même excessive par une naïve ignorance et réprouvée par son confesseur, souvent sous forme de sévices corporels.

Aujourd'hui, son tombeau est exposé à l'église Saint François Xavier de Kahnawake, à l'intersection de Church Road et River Road 

Kateri Tekakwitha est inconnue des catholiques nord-américains, si ce n'est son culte local autour de Kahnawake jusqu'à la fin du XIX° siècle qui voit le catholicisme en expansion sur le sol américain se chercher des figures autochtones en guise de légitimation.

Exemple d'inculturation, elle est alors devenue, aussi bien dans l'hagiographie jésuite que dans le discours anti-hagiographique des femmes, un symbole catholique intertribal polyvalent.

Sainte Kateri, nous te confions les dialogues interreligieux. Que Dieu soit aimé par tous.

Prières quotidiennes

Neuvième jour de la neuvaine : Kateri, puissante médiatrice

1 Pierre 2,9 :« Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière. » 

Grâce à l’intercession de Kateri, partout à travers la Nouvelle-France, les Indiens et les colons commencèrent presque aussitôt à obtenir du Ciel des faveurs, voire des miracles. Faudrait-il s'étonner alors que des biographies de la Bienheureuse Kateri Tekakwitha aient paru en quatorze langues différentes. Ainsi se perpétua son souvenir à travers le monde.

Le 3 janvier 1943, Pie XII la déclara "Vénérable", proclamant qu'elle avait héroïquement pratiqué les vertus chrétiennes. De tous côtés on continua d'implorer son aide.

    En 1980, tricentenaire de son entrée en Paradis, le pape Jean-Paul II décida que le temps était enfin venu de l'élever au rang des Bienheureux de la sainte Eglise.

Sa canonisation a eu lieu à Rome par le pape Benoît XVI, le 21 octobre 2012.

Sa fête figure au calendrier liturgique de l'Eglise catholique le 17 avril.

Kateri Tekakwitha : "la plus belle fleur épanouie au bord du Saint-Laurent",telle est l'inscription en iroquois qu'on peut lire sur la tombe de cette jeune Indienne. Elle est la preuve que Dieu aime "ce qui est petit" et qu'il choisit souvent des enfants ou des gens très simples.

Sainte Kateri, nous te prions pour nos vies. Qu’elles soient vécues pour la gloire de Dieu et le salut des hommes. 

Prières quotidiennes 

Prière finale

Prière d’action de grâce pour Kateri Tekakwitha

Dieu notre Père, toi que Kateri Tekakwitha se plaisait à appeler le « Grand Esprit », nous te remercions de nous avoir donné cette jeune fille, comme modèle de vie chrétienne.

Malgré ses limites et les résistances de son milieu, elle a su témoigner de la présence du Christ.

Avec ses compagnes, elle s’est faite proche des personnes âgées et des malades.

Chaque jour dans la nature, elle a reconnu un reflet de ta grandeur et de ta beauté.

Permets qu’à son intercession, nous demeurions plus proches de toi, plus sensibles à la misère de ceux et celles qui nous entourent et plus respectueux de la nature.

Avec elle nous chercherons à apprendre ce qui t’est agréable et à le faire jusqu’au jour où tu nous rappelleras près de toi. Amen !