Logo Etoile Notre Dame

Etoile Notre Dame

« Allez de toutes les nations faites des disciples » (Mt 28,19)

Télécharger

Neuvaine à Notre-Dame de Grâces de Cotignac

Neuvaine à Notre-Dame de Grâces de Cotignac

A faire en mai, mois de Marie

Introduction

Cotignac est une commune française située dans le département du Var, dans le diocèse de Fréjus-Toulon. Ce petit village typiquement provençal, fut marqué par les apparitions de la Vierge Marie et de l’enfant Jésus d’une part et de saint Joseph d’autre part. Cela fait de ce petit village, le seul au monde où l’ensemble de la Sainte Famille soit apparu.

Histoire du sanctuaire

En ces temps faits d’unité et de Foi, où de lourdes menaces pèsent sur l’Europe : En l’an de grâce 1519, la Provence fait partie du Royaume de France depuis 38 ans ; son Roi est François 1er. Le peuple, reste profondément chrétien, à la manière du temps ; être fidèle, solidaire, travailleur, et être chrétien, c’est tout un. Hélas, comme l’Europe politique, le monde religieux lui-même va connaître déchirements et affrontements. Deux ans plus tôt, le moine augustin Martin LUTHER (1483-1546) venait d’afficher ses 95 thèses sur la porte de la Schlosskirche de Wittenberg. En mars 1519, il assurait encore le Pape Léon X de sa fidélité. Trois ans plus tard, l’Allemagne était à feu et à sang, et bientôt, une bonne partie de l’Europe.

C’est alors que Notre-Dame de Grâces va se manifester à Jean de la Baume, un bûcheron, le 10 août 1519, fête de saint Laurent. Jean de la Baume, gravit le mont Verdaille. Il est seul…

Cette neuvaine va nous faire revivre les moments des apparitions. D’abord celles de la Vierge Marie à Jean de la Baume puis en 1660 de saint Joseph à Gaspard

Prières quotidiennes

Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen

Je crois en Dieu, Gloire au Père.

Prière à l’Esprit-Saint

Esprit Saint, feu allumé par Jésus ressuscité,
viens brûler encore aujourd’hui nos cœurs de jeunes
afin que, laissant tout pour suivre le Christ,
nous découvrions la vraie joie des disciples.

Envoie-nous au milieu de nos frères,
avec les prêtres, au service du peuple de Dieu.
Envoie-nous en plein monde,
avec les hommes et les femmes au cœur apostolique.

Envoie-nous au-delà des frontières,
avec les témoins dévorés par le zèle missionnaire.
Envoie-nous dans le silence du désert
avec les chercheurs passionnés du Dieu vivant.

Esprit d’Amour, donne-nous, à nous jeunes
le courage de répondre à l’appel du Père,
de l’Eglise et du monde !

Prière à Notre Dame de Grâces

Mère de la divine Grâce, dans votre apparition au Mont Verdaille, 
vous nous avez invités à solliciter vos faveurs. 
Nous accourons avec confiance implorer votre secours. 
Accordez aux justes la persévérance, aux âmes tristes la consolation, 
aux cœurs abattus le courage et la confiance, 
aux malades la santé, aux pêcheurs le repentir et le pardon, 
aux âmes du purgatoire soulagement et délivrance, 
à chacun de nous votre maternelle protection. 
Nous implorons surtout votre assistance à l’heure de notre mort. 
Soyez notre avocate au jugement de Dieu. 
Nous voulons au ciel vous dire éternellement notre reconnaissance.

Notre Dame de Grâces, priez pour nous.

Premier Jour de la neuvaine : Jean de la Baume, gravit le mont Verdaille

Prières quotidiennes

2 Timothée 2, 6-8 : « Il faut que le laboureur travaille avant de recueillir les fruits. Comprends ce que je dis, car le Seigneur te donnera de l'intelligence en toutes choses. Souviens-toi de Jésus Christ, issu de la postérité de David, ressuscité des morts, selon mon Évangile. »

Le 10 août 1519, un bûcheron, Jean de la Baume, gravit le mont Verdaille. Il est seul. Comme d'accoutumée, il commence sa journée par prier. A peine s'est-il relevé qu'une nuée lui apparait, découvrant la Vierge Marie, et l'Enfant Jésus dans ses bras, qu'entourent deux saints (sainte Catherine et saint Bernard de Clairvaux) et l'Archange Saint Michel.

Notre-Dame de Grâces, votre apparition à Jean fait suite à sa prière. Vous nous montrez l’importance de commencer chaque travail par la prière pour être bénis par Dieu. Donnez-nous d’être fidèles à cette prière.

Notre Père, 10 je vous salue Marie, Gloire au Père 

Le ciel est présent à Cotignac avec les présences de Jésus, Marie et de l’archange saint Michel. La terre également avec les présences de deux grands saints : sainte Catherine et saint Benoît. Cotignac est le lieu béni de la rencontre du ciel et de la terre.

Deuxième Jour de la neuvaine :

Notre-Dame est debout, les pieds sur un croissant de lune 

Prières quotidiennes

1 Thessaloniciens 1, 8-10 : « La parole du Seigneur a retenti de chez vous dans la Macédoine et dans l'Achaïe, mais votre foi en Dieu s'est fait connaître en tout lieu, de telle manière que nous n'avons pas besoin d'en parler. Car on raconte, à notre sujet, quel accès nous avons eu auprès de vous, et comment vous vous êtes convertis à Dieu, en abandonnant les idoles pour servir le Dieu vivant et vrai, et pour attendre des cieux son Fils, qu'il a ressuscité des morts, Jésus, qui nous délivre de la colère à venir. »

Notre-Dame est debout, les pieds sur un croissant de lune. Elle s'adresse alors à Jean à peu près en ces termes : « Je suis la Vierge Marie. Allez dire au clergé et aux Consuls de Cotignac de me bâtir ici même une église, sous le vocable de NOTRE-DAME DE GRACES et qu'on y vienne en procession pour recevoir les dons que je veux y répandre. »

Notre-Dame de Grâces, c’est par les humbles que vous faites passer votre message aux grands de ce monde. Que les puissants sachent écouter vos petits messagers.

Notre Père, 10 je vous salue Marie, Gloire au Père

La vision disparut : était-ce une hallucination ? Se demandait Jean.

Troisième Jour de la neuvaine : Louis XIV naît grâce à Cotignac

Prières quotidiennes

2 Corinthiens 4, 13-15 : « Et, comme nous avons le même esprit de foi qui est exprimé dans cette parole de l'Écriture : J'ai cru, c'est pourquoi j'ai parlé ! nous aussi nous croyons, et c'est pour cela que nous parlons, sachant que celui qui a ressuscité le Seigneur Jésus, nous ressuscitera aussi avec Jésus, et nous fera paraître avec vous en sa présence. Car tout cela arrive à cause de vous, afin que la grâce en se multipliant, fasse abonder, à la gloire de Dieu, les actions de grâces d'un plus grand nombre. »

Doutant ou non, le fait est que Jean garda d'abord pour lui le message, ce qui lui valut une seconde apparition de la Mère de Dieu. 
Le lendemain, 11 août, s'étant rendu au même endroit pour achever sa coupe, il eut la même vision et reçut la même demande. Cette fois, il se résolut à en parler et redescendit au village sans attendre. Jean était sérieux et toute la population accorde foi immédiatement au compte-rendu du pieux bûcheron.

Notre-Dame de Grâces, vous persistez à apparaître jusqu’à ce que Jean comprenne. Continuez à nous donner vos bons conseils de Maman, jusqu’à ce qu’on se décide à les mettre en pratique.

Notre Père, 10 je vous salue Marie, Gloire au Père

On éleva donc une petite chapelle à l'endroit des apparitions. On doit à ce sanctuaire de très nombreuses grâces et plusieurs miracles éclatants dont celui de la naissance de Louis XIV.

Quatrième Jour de la neuvaine : Frère Fiacre

Prières quotidiennes 

Romains 10, 8-10 : « La parole est près de toi, dans ta bouche et dans ton cœur. Or, c'est la parole de la foi, que nous prêchons. Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Car c'est en croyant du cœur qu'on parvient à la justice, et c'est en confessant de la bouche qu'on parvient au salut. »

Le 27 octobre 1637, tandis qu'il était en prière avec ses confrères dans le chœur, le frère Fiacre eut une soudaine révélation intérieure : la Reine devait demander publiquement qu'on fit en son nom trois neuvaines de prières à la sainte Vierge, et un fils lui serait donné : la première neuvaine à Notre-Dame de Grâces en Provence, la seconde à Notre-Dame de Paris, la cathédrale, et la troisième à Notre-Dame des Victoires, (église de son couvent).

Notre-Dame de Grâces, vous vous montrez véritablement Reine de France, en voulant donner le futur Roi de France, Louis XIV. Chère patronne de la France, protégez et conduisez la France dans le chemin de la Gloire de Dieu. Notre nation, en tant que fille aînée de l’Eglise, est le modèle pour tous les peuples.

Notre Père, 10 je vous salue Marie, Gloire au Père

Six jours plus tard, le 3 novembre vers  2 heures du matin, frère Fiacre, ce pieux Augustin, dans sa cellule est tiré de sa prière par des cris d'enfant. Etonnement et frayeur : il se trouve alors  en face de la Vierge Marie, qui lui montre sur ses bras un enfant vagissant : « N'ayez pas peur, dit-Elle, je suis la Mère de Dieu, et l'enfant que vous voyez est le Dauphin que Dieu veut donner à la France ». (Dauphin que la France attend depuis 22 ans)

Cinquième Jour de la neuvaine : les neuvaines obtiennent des grâces

Prières quotidiennes 

Philippiens 1,29 ; 2,1 : « Car il vous a été fait la grâce, par rapport à Christ, non seulement de croire en lui, mais encore de souffrir pour lui, en soutenant le même combat que vous m'avez vu soutenir, et que vous apprenez maintenant que je soutiens. »

La vision disparaît, puis se manifeste à nouveau un court moment, mais sans plus dire un mot Enfin, deux heures plus tard, Marie se fit voir encore à frère Fiacre, mais seule, et dit: « Ne doutez plus mon enfant de ce que vous avez déclaré à votre confesseur. Pour marquer que je veux qu’on avertisse la Reine de faire trois neuvaines en mon honneur, voilà LA MEME IMAGE qui est à Notre-Dame de Grâces, en Provence, et la façon de l’église »

Tôt informée, la Reine se mit à croire, en la réalisation de ces promesses du Ciel,  transmises par Frère Fiacre. 
Celui-ci avait déjà commencé les trois neuvaines au nom de la Reine. Celles-ci se terminèrent le 5 décembre suivant, soit précisément neuf mois avant la naissance du futur Roi Louis XIV, Louis Dieudonné.

Notre-Dame de Grâces, vous nous montrez l’importance des prières et des neuvaines en particulier. Que grâce à cette neuvaine, j’obtienne la grâce de (exprimer la grâce demandée). Merci Vierge Marie.

Notre Père, 10 je vous salue Marie, Gloire au Père

Aux premiers jours de février 1638, la Reine sentit l’enfant remuer en elle ; elle n’eut plus qu’un désir : connaître le fameux Frère Fiacre. L’humble religieux fut donc obligé de se rendre au Louvre où, aussi confus qu’ému, il vit la Reine s’agenouiller devant lui et le remercier. C’est dire combien Anne d’Autriche avait confiance en l’heureux aboutissement de sa grossesse !

Alors que depuis 1635 la France était en guerre avec l’Espagne, alliée à l’Empire, et essuyait de sérieux revers militaires, l’idée de s’engager dans un vœu, de vouer le pays entier à Notre-Dame, était dans l’air. Louis XIII lui-même, Roi pieux, avait déjà esquissé diverses formules de consécration, conseillé par son confesseur, le Père Caussin ; en novembre 1637, un texte était enfin soumis au Parlement ; il sera signé par le Roi le 10 février 1638 et enregistré comme loi. C  ’est le fameux VOEU DE LOUIS XIII, qui sera rappelé chaque année en la fête de l’Assomption de Marie, le 15 août.

Sixième Jour de la neuvaine : Cotignac, lieu de grâces

Prières quotidiennes

Hébreux 12, 1-3 : « Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d'une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l'ignominie, et s'est assis à la droite du trône de Dieu. Considérez, en effet, celui qui a supporté contre sa personne une telle opposition de la part des pécheurs, afin que vous ne vous lassiez point, l'âme découragée. »

Après une grande procession de toute la paroisse, clergé et syndics en tête, au mont Verdaille, les travaux de construction commencèrent et, le 14 septembre 1519, jour de la fête de l'Exaltation de la Sainte Croix, les bâtisseurs, « commençant les fondations de cette église, trouvèrent en terre grande quantité d'ossements, des clous, des ferrailles, des boîtes d'ivoire et une boule de beau cristal, ce qui leur fit croire qu'il y avait là des martyrs enterrés » (rapport de l'an 1665). 

Notre-Dame de Grâces, obtenez au peuple de France d’avoir la même ferveur qu’il avait pour vous à Cotignac. Préservez-le de toute maladie du corps et de l’âme.

Notre Père, 10 je vous salue Marie, Gloire au Père

L'approbation ecclésiastique du vœu de Louis XIII ne se fit pas attendre : dès le 17 mars 1521, le pape Léon X  accordait une série de privilèges à ce nouveau sanctuaire marial provençal. L'affluence des pèlerins à Cotignac fut tout de suite importante, et ne se démentit pas durant deux siècles et demi, jusqu'à la révolution de 1789. Les grâces obtenues des mains de Marie par les pèlerins furent extrêmement nombreuses, et le village de Cotignac lui-même fut constamment préservé de la peste, même en la terrible année 1720 où cette maladie fit de terribles ravages en Provence.

Septième Jour de la neuvaine : Saint Joseph apparaît à Gaspard

Prières quotidiennes

Actes 17, 27-29 : « Il a voulu qu'ils cherchent le Seigneur, et qu'ils s'efforcent de le trouver en tâtonnant, bien qu'il ne soit pas loin de chacun de nous, car en lui nous avons la vie, le mouvement, et l'être. »

A Cotignac, le 7 juin 1660, la journée s'annonce chaude et un jeune berger provençal de 22 ans, Gaspard Ricard, a conduit son troupeau sur le versant est du Bessillon. Vers une heure de l'après-midi la chaleur est intense. Assoiffé, il s'allonge sur le sol rocailleux quand soudain un homme d'imposante stature se tient près de lui et indique un rocher en lui disant : "Je suis Joseph ; enlève-le et tu boiras." La pierre est lourde, huit hommes pourront à peine la déplacer ; comment Gaspard la soulèverait-il? Mais le vénérable vieillard, comme disent les récits de l'époque, réitère son ordre. Le berger obéit, déplace le rocher, et découvre une eau fraîche qui commence à ruisseler. Il boit aussitôt avec avidité. Lorsqu'il se relève, l'apparition a déjà disparu. Sans plus attendre, il va porter la nouvelle au village, et les curieux arrivent.

Saint Joseph, continuez à désaltérer ceux qui ont soif, mais de la soif de Jésus, votre Fils adoptif. Ils cherchent ailleurs, dans des sources contaminées du monde, ce qui les rend malades. Veillez sur nos enfants, conduisez-les à Jésus.

Notre Père, 10 je vous salue Marie, Gloire au Père

Trois heures après l'événement en un lieu que tous savent être dépourvu de source, une eau abondante s'écoule. Avec une extraordinaire rapidité la nouvelle se répand, les pèlerins se rendent à la fontaine de tous les endroits de la province et des pays environnants, des infirmes et des malades de toutes sortes dont la plupart s’en retournent guéris ou bien consolés dans leurs infirmités.

Huitième Jour de la neuvaine : la font saint Joseph

Prières quotidiennes

Philémon 1, 3-5 : « Que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ ! Je rends continuellement grâces à mon Dieu, faisant mention de toi dans mes prières, parce que je suis informé de la foi que tu as au Seigneur Jésus et de ta charité pour tous les saints. »

Les rassemblements à la Font Saint Joseph sont considérables et après la construction immédiate d’un oratoire sur le lieu même de l’apparition, une chapelle plus vaste est consacrée en 1663, celle que nous voyons aujourd’hui avec sa poutre de gloire portant le texte du Prophète Isaïe si évocateur en ce lieu : « Venez puiser avec joie aux sources du Sauveur »,

Saint Joseph, vous vous manifestez au Bessillon qui devient votre seule apparition reconnue au monde. Merci de toujours veiller à nos besoins. Nous vous confions nos familles et nos intentions de prière.

Notre Père, 10 je vous salue Marie, Gloire au Père

La Font Saint Joseph ne s'est jamais tarie, au pied du sanctuaire ; les grâces non plus, dont on ne saurait faire la liste. A tous ceux qui prient avec foi, Saint Joseph répond avec son cœur de père ; il ramène le cœur des enfants vers leurs parents ; protège les enfants à naître ;  réconcilie des frères désunis ; rend le goût de vivre ; notent les Bénédictines qui habitent ici.

Neuvième Jour de la neuvaine : Cotignac et Bessillon aujourd’hui

Prières quotidiennes

2 Thessaloniciens 2, 13-15 : « Pour nous, frères bien-aimés du Seigneur, nous devons à votre sujet rendre continuellement grâces à Dieu, parce que Dieu vous a choisis dès le commencement pour le salut, par la sanctification de l'Esprit et par la foi en la vérité. C'est à quoi il vous a appelés par notre Évangile, pour que vous possédiez la gloire de notre Seigneur Jésus Christ. Ainsi donc, frères, demeurez fermes, et retenez les instructions que vous avez reçues, soit par notre parole, soit par notre lettre. »

Le sanctuaire de Notre-Dame de Grâces est confié depuis 1981 à la communauté Saint Jean qui y anime des sessions, des retraites et des pèlerinages.

Le foyer de la Sainte Famille accueille les personnes et les groupes qui le désirent. Le sanctuaire dispose aussi d’un magasin riche en articles et livres religieux.

Le sanctuaire de saint Joseph du Bessillon, quant à lui, est confié en 1975 aux sœurs Bénédictines qui venaient du monastère Saint Benoît de Médéa en Algérie.

Notre-Dame de Grâces, vous êtes apparue avec saint Joseph dans ces lieux de Provence, pour nous donner des grâces en abondance. Soyez bénis pour vos présences gratifiantes qui perdurent.

Notre Père, 10 je vous salue Marie, Gloire au Père 

Cotignac est un lieu unique dans le monde puisque l’Eglise reconnaît qu’il y a eu deux apparitions de la Vierge Marie et une apparition de saint Joseph. On vénère ainsi à Cotignac la Vierge Marie et saint Joseph et par extension toute la Sainte Famille.

Prière à Notre-Dame de Grâces

Notre-Dame, debout les pieds sur un croissant de lune, je crois que Dieu entend mes prières et les exauce, mais aidez-moi à me décider à changer complètement de vie, à avoir la force de m’agenouiller devant Dieu, à Lui ouvrir mon cœur.

Vierge Marie, Mère très aimante, pleine de bonté qui ressentez de la douleur pour chacun de ceux qui sont loin de votre cœur, mais qui ne nous abandonnez pas. Je suis assuré de votre intercession, je vous consacre mon âme, ma famille et toute l’humanité, donnez-nous toujours Jésus. Que nous devenions témoins d’amour dans ce monde sans prière et sans paix.

Notre-Dame-de-Grâces, donnez-moi de savoir renouveler ma prière, d’apprendre, dans la prière, à aimer tout ce qui est saint.

Avec le petit Jésus dans les bras, bénissez-moi de votre bénédiction spéciale et maternelle. Amen.