Logo Etoile Notre Dame

Etoile Notre Dame

« Allez de toutes les nations faites des disciples » (Mt 28,19)

Télécharger

Neuvaine au saint Nom de Jésus Du 26 décembre au 3 janvier - Fête du Saint Nom de Jésus

Prières quotidiennes

 

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, Amen.

Je crois en Dieu 

Prière à l’Esprit Saint

Esprit de Vérité, vous êtes venu à nous le jour de la Pentecôte pour nous former à l'école du Verbe divin, remplissez en nous la mission pour laquelle le Fils Vous a envoyé.

Remplissez tous les cœurs et suscitez chez de nombreux jeunes l'aspiration à ce qui est authentiquement grand et beau dans la vie, le désir de la perfection évangélique, la passion pour le salut des âmes.

Soutenez les "ouvriers de la moisson" et donnez la fécondité spirituelle à leurs efforts pour accomplir le bien.

Rendez nos cœurs parfaitement libres et purs, aidez-nous à vivre en plénitude la marche à la suite du Christ, pour goûter comme le don ultime venant de Vous, la joie qui n'aura pas de fin. Amen.  Prière de Saint Jean-Paul II du 14 octobre 1989 

Prière de Sainte Gertrude

O bon Jésus, très doux Jésus, Fils de Dieu et de la Vierge Marie, vous qui êtes toute pitié et tout amour, ayez pitié de moi, dans votre grande miséricorde.

O doux Jésus, par le sang précieux que vous avez répandu pour les pécheurs, je vous supplie de laver tous mes péchés et de jeter les yeux sur l'humble et indigne serviteur qui implore votre pardon et invoque le saint Nom de Jésus.

Que signifie Jésus, sinon Sauveur? Ainsi donc, ô Jésus, en raison de votre saint Nom, soyez-moi un Jésus et sauvez-moi. Ne souffrez pas que je me perde, moi que vous avez racheté de votre précieux sang.

O bon Jésus, que mon péché ne soit pas ma perte, puisque votre infinie bonté a daigné me créer. Miséricordieux Jésus, ayez pitié de moi, puisque c'est encore l'heure de la pitié, avant que sonne l'heure de la malédiction et du jugement.

Doux Jésus, si votre justice voulait me condamner, j'en appelle à votre amour, et je me réfugie en lui. Jésus plein d'amour, Jésus si désirable, doux Jésus, comptez-moi parmi vos élus. Jésus, salut de ceux qui espèrent en vous, Jésus, espoir de ceux qui se réfugient en vous, Jésus, douceur de ceux qui vous aiment, faites que je vous aime, que je vous demeure fidèle, et qu'après cette misérable vie, je vienne à vous dans la paix. Amen.

Notre Père, 10 Je vous salue Marie, Gloire au Père

Premier jour de la neuvaine - Jésus signifie « Salut »

Matthieu 1, 21 : « Elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. C'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » 

Que signifie originairement le nom ? Le nom devrait exprimer l’essence d’une chose. Ainsi Adam, au Paradis terrestre, donna à tous les animaux des noms conformes à leur nature intime. De même le nom de Dieu signifiait chez les Juifs son essence : Jahvé, c’est-à-dire : je suis Celui qui suis, l’Etre éternel. C’est pourquoi les Juifs avaient un si grand respect du nom de Dieu qu’ils n’avaient pas le droit de le prononcer. Ce respect est également inclus dans le Notre Père : « Que ton nom soit sanctifié ». Les personnes qui, dans l’histoire sainte, ont joué un rôle important ont reçu leur nom de Dieu lui-même. Adam : l’homme de la terre ; Eve : la mère des vivants ; Abraham : le père de beaucoup de peuples ; Pierre : le rocher.

Jean, le précurseur de Notre Seigneur a reçu lui aussi un nom que Dieu lui imposa. La famille voulait à toute force lui donner le nom de son père, mais Elisabeth aussi bien que Zacharie manifesta ses exigences : Jean est son nom (Jean veut dire : la grâce de Dieu).

Nous pouvons comprendre dès lors que le nom du Sauveur ne lui a pas été donné au hasard ni d’après le caprice des hommes, mais qu’il l’a reçu directement de Dieu. Car son nom devait exprimer son sublime ministère sur la terre.

Nous lisons en effet dans l’Ecriture que l’ange Gabriel annonça à la Vierge Marie le nom de Notre Seigneur : « Tu lui donneras le nom de Jésus. » Et à saint Joseph, son père nourricier, l’ange dit encore davantage, il n’annonça pas seulement le nom, mais encore il en expliqua la signification : « tu lui donneras le nom de Jésus, car il rachètera son peuple de ses péchés ; » Ainsi donc Notre. Seigneur ne devait pas seulement être le Sauveur mais encore en porter le nom. Chez Notre Seigneur le nom exprime donc véritablement son essence.

Voilà pourquoi ce nom doit être si saint pour les chrétiens. Toutes les fois que nous prononçons ce nom, nous devons incliner la tête, car ce nom nous rappelle à lui seul le plus grand bienfait que nous ayons jamais reçu : notre qualité de rachetés et d’enfants de Dieu.

Le très saint Nom de Jésus est le divin poème qui exprime ce que la sagesse et la miséricorde de Dieu ont pu inventer de plus sublime et de plus humble pour sauver l’humanité déchue. Ce Nom adorable, prononcé d’abord par l’Ange, puis imposé au Verbe incarné par Marie et par Joseph, se trouva aussi sur les lèvres de Pilate quand il lut la sentence de mort contre le Sauveur. Jésus fut le rebut du monde ; mais précisément par les mérites de son sacrifice spontané, le Père éternel le constitua juge des vivants et des morts et voulut que son Nom figurât aussi en signe de salut sur le front des prédestinés.

Qui dira la grandeur de sa signification, puisqu'il signifie Sauveur, la grandeur de son origine, puisqu'il fut apporté du ciel, sa grandeur sur la terre, où il a opéré et opère toujours tant de merveilles, sa grandeur jusque dans les enfers, où il fait trembler les démons ?

Qui dira sa puissance, puisque c'est par ce Nom que l'Eglise prie, qu'elle administre les sacrements et donne ses bénédictions, et que les Apôtres et les Saints ont opéré des multitudes de miracles ?

Qui dira sa douceur, ses charmes, son amabilité, puisque les Saints l'ont si bien chanté et que les chrétiens l'ont invoqué et l'invoquent toujours avec tant de confiance, de fruits et d'amour ?

Puisse donc le Nom de Jésus être souvent sur nos lèvres, et toujours dans notre cœur pendant la vie ! Puisse-t-il être notre espérance et notre dernière parole à l'heure de la mort, notre joie et notre chant éternel dans les Cieux. 

Que votre Nom sacré, ô Emmanuel, nous rappelle toujours ce sublime mystère ; que son souvenir nous garde du péché, et nous rende toujours fidèles. Amen.

Prières quotidiennes 

Deuxième jour de la neuvaine - Jésus reçoit son Nom à la Circoncision

Lc 1,31 : « Voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. »

« Grand et glorieux mystère. L'Enfant est circoncis et reçoit le nom de Jésus. Pourquoi cette circoncision ? A première vue la circoncision paraît devoir être subie par celui qui est sauvé plutôt que par le Sauveur, et il semble que ce soit au Sauveur de circoncire et non pas d'être circoncis. Mais songez qu'il est le Médiateur entre Dieu et les hommes et que, dès les premiers instants de sa Nativité, il a associé les choses humaines aux choses divines, les plus basses aux plus sublimes. Il naît d'une femme, mais d'une femme en qui le fruit de la fécondité n'a pas fait tomber la fleur de la virginité. Il est enveloppé de pauvres langes, mais ces langes sont honorés par les louanges angéliques. Il est caché dans une crèche, mais une étoile brille dans le ciel pour annoncer sa venue. C'est ainsi que la circoncision démontre combien est réelle l'humanité dont il s'est revêtu, tandis que son nom qui est au-dessus de tout nom indique la gloire de sa majesté. Il est circoncis comme vrai fils d'Abraham, il est nommé Jésus comme vrai Fils de Dieu ». Saint Bernard

Gn 17,9-14 : « Vous vous circoncirez; et ce sera un signe d'alliance entre moi et vous. »

Gal 4,4 : « Mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme, né sous la loi. »

La Circoncision est l’expression première de l’obéissance à la Loi par celui qui l’a portée à sa perfection

Mt 5,17 : « Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. »

Rm 3,30 : « Puisqu'il y a un seul Dieu, qui justifiera par la foi les circoncis, et par la foi les incirconcis.»

Le rapport de l’ancienne et de la nouvelle Alliance est un thème cher à Vatican II. Le mystère de la Circoncision dit l’entrée de Jésus enfant dans l’« alliance à jamais » de Dieu conclue avec Abraham. Ainsi ce rapport entre l’un et l’autre Testament trouve dans ce mystère son symbole le plus concret, inscrit dans le corps du Seigneur.

En d’autres termes, « le sang versé par Jésus lors de la Circoncision, « pour » l’Alliance ancienne, sera celui qu’il versera pour l’Alliance nouvelle, dans sa conclusion pascale.

O Dieu qui avez établi votre Fils unique Sauveur du genre humain, et qui avez voulu qu’il s’appelât Jésus, faites que, vénérant son nom sur la terre, nous puissions jouir de sa vue pour l’éternité. Amen. 

Prières quotidiennes

Troisième jour de la neuvaine - Jésus reçoit son Nom le huitième jour

Lc 2,21 : « Le huitième jour, auquel l'enfant devait être circoncis, étant arrivé, on lui donna le nom de Jésus, nom qu'avait indiqué l'ange avant qu'il fût conçu dans le sein de sa mère. »

Les exégètes soulignent le lien entre les deux événements de la Circoncision et de l’imposition du Nom de Jésus au huitième jour, selon la tradition juive. Le mystère de la Circoncision est le cadre, et l’unique cadre, d’un autre mystère, celui de l’Imposition du Nom de Jésus. Rétablir liturgiquement le lien des deux mystères, le « huitième jour  c’est donner à l’attachement des croyants au Nom de Jésus sa perspective la plus juste, et c’est consolider la spiritualité du Nom de Jésus en général. 

Le lien entre la Circoncision et la révélation du Nom donné à l’Enfant dans le cadre de l’Alliance de Dieu avec son peuple et avec l’humanité, montre que Dieu fait irruption dans l’histoire de l’humanité à une date précise (le Romain Quirinius gouvernait la Syrie). Le Nom de Jésus, lié à sa personne depuis sa conception est certes celui de l’enfant né à Bethléem, mais il n’est donné au nouveau-né et révélé à tous que le « huitième jour », lors de la Circoncision, c’est-à-dire dans un rituel inscrivant la famille et l’événement de la naissance dans le cadre de l’alliance de Dieu.


En effet le nom que porte mon Jésus que voici, n'est pas, comme chez ceux qui l'ont précédé, un nom vide de signification et sans portée. Il n'y a pas en lui le reflet d'un grand nom, mais sa vérité. L'Evangéliste ne nous atteste-t-il pas que ce nom vient du ciel et qu'il a été indiqué par l'Ange avant même la conception ? Voyez la profondeur de cette parole : Après que Jésus fut né, Jésus fut nommé par les hommes du nom qui lui avait été assigné par l'Ange avant sa conception. Or il est Sauveur de l'ange aussi bien que de l'homme, mais de l'homme depuis l'Incarnation, et de l'ange depuis le début de la création. Il a été appelé, dit Luc, du nom de Jésus qui lui avait été donné par l'Ange. Le dire de deux ou trois témoins certifie tout verbe (Deut 19,15). Et ce verbe que le prophète nous montre diminué, nous lisons clairement dans l'Evangile qu'il s'est fait chair.

Jésus, Pasteur des âmes, leur lumière incessante! Par votre Nom si cher, protégez-nous, et fermez sous nos pas le noir chaos des ténèbres.

Réformateur de toutes les nations humaines, Vie qui avez détruit la mort, restaurateur de la ruine qu’avaient soufferte les tribus angéliques, daignez vous donner à nous. Amen.

Prières quotidiennes

Quatrième jour de la neuvaine - Jésus, Nom digne de tout honneur

Phil. 2, 10-11 : « C'est pourquoi aussi Dieu l'a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. »

Il est un Nom digne de tout honneur, adoré au plus haut des cieux, un Nom de gloire souveraine ; révélé à Gabriel, par lui sur terre, il fut annoncé à la Mère de grâce.

Marie donne le nom de Sauveur à son Fils circoncis le huitième jour, selon la coutume de ses pères. Publié dans le monde entier, cet heureux Nom sauve ceux qui croient en lui.

En ce Nom brille la splendeur de la Trinité et de l’Unité ; il fait la joie du ciel.

En ce Nom resplendit l’honneur du Père ; en ce Nom éclate la beauté de la Mère ; ce Nom fait la gloire des frères du Sauveur.

C’est là le Nom salutaire, la consolation singulière qui vient au secours des cœurs affligés. C’est le Nom qu’il nous faut honorer, bénir et louer, dans la joie constante de nos âmes.

Si on le prononce, c’est une mélodie ; si on l’invoque, c’est un doux miel ; il nous garde contre nos ennemis. Le cœur jubile, en songeant à ce Nom si formidable aux esprits de malice.

C’est le Nom plein de grâce, abondant en fruits, fécond en vertus, par-dessus tous les noms. C’est lui qui fait connaître aux hommes la face d’un Dieu toute gracieuse, remplie de beauté et d’amour.

Ce Nom est beau dans son éclat ; il est le souverain bien lui-même ; sa saveur intime est la plus douce. Tout-puissant en sa force, sublime en ses honneurs, il est le principe des délices et de la félicité.

Le Nom de Jésus, quand on le médite, dissipe l’appareil de la guerre ; l’adversaire vaincu s’enfuit.

C’est un Nom qu’il faut révérer, un Nom redoutable aux malins esprits.

C’est un Nom de salut, une consolation singulière qui soulage les affligés.

Il nous faut l’honorer, le placer dans le trésor de notre cœur, le méditer, l’aimer, mais d’un amour héroïque.

Seigneur, notre Maître, que votre nom est admirable dans toute la terre. Que ce Nom, le Nom du doux Jésus, nous soit donc toujours cher ; qu’il soit fixé dans notre cœur, et que rien ne l’en puisse arracher.

Qu’il enlève le mal du péché, qu’il inspire des chants d’allégresse, qu’il nous donne de jouir de la demeure des bienheureux !

Prières quotidiennes 

Cinquième jour de la neuvaine - Jésus, Nom donné aux hommes

Ac 8,12 : « Mais, quand ils eurent cru Philippe, qui leur annonçait la bonne nouvelle du royaume de Dieu et le nom de Jésus-Christ, hommes et femmes se firent baptiser. »

Le Nom de Jésus renferme tout bien, il résonne avec douceur, il nous vaut un trône au royaume du ciel, il réjouit notre oreille.

En lui brille la splendeur du Père, en lui éclate la beauté de sa Mère ; en lui se reflète la gloire de son Père, il fait la grandeur de ses frères.

Si donc quelqu’un veut connaître pourquoi le Nom de Jésus fait si vivement souhaiter aux justes de s’attacher à lui : c’est que Jésus est beau dans son éclat, que sa bonté est souveraine, qu’il est doux, facile, plein de mansuétude, porté à la clémence.

Jésus est le Roi de gloire ; Jésus est brillant de beauté, Jésus est plein de grâce dans ses paroles, admirable dans ses œuvres.

Jésus est fort et vaillant ; Jésus est un athlète vigoureux ; Jésus est magnifique dans ses dons, il aime à les distribuer.

Jésus est tendre et compatissant, Jésus est un guide lumineux ; Jésus est rempli de délices et de la plus douce saveur.

Jésus est illustre et glorieux ; Jésus est pour tous abondant en fruits ; Jésus est la source des vertus ; aux siens il donne ses faveurs.

Le plus élevé dans les honneurs, le plus chéri dans l’amour ; toutes les gloires sont à lui.

Par sa science il connaît tout, dans son immensité il embrasse tout, par son amour il ravit les cœurs, et les retient dans ses liens.

O mon âme ! Tu as un antidote excellent, caché comme en un vase, dans ce Nom de Jésus ! Jésus, pour certains, est un Nom salutaire et un remède qui jamais ne se trouvera inefficace pour aucune maladie. Qu’il soit toujours en votre sein, toujours à votre main : si bien que tous vos sentiments et vos actes soient dirigés vers Jésus. 

O Dieu qui avez établi votre Fils unique Sauveur du genre humain, et avez ordonné qu’on l’appelât Jésus, faites, dans votre miséricorde, que nous jouissions dans les cieux de la vue de celui dont nous vénérons le saint nom sur la terre. Amen.

Prières quotidiennes

Sixième jour de la neuvaine - Jésus, Nom du Rédempteur

Psaume 105 : « Louez l'Eternel, invoquez son nom! Faites connaître parmi les peuples ses hauts faits! »

Nous le savons, ô Jésus ! Nul autre nom que le vôtre ne pouvait nous donner le salut : ce Nom, en effet, signifie Sauveur. Soyez béni d’avoir daigné l’accepter ; soyez béni de nous avoir sauvés ! Cette alliance ineffable que vous nous annoncez aujourd’hui dans les Noces mystérieuses, est tout entière exprimée dans votre doux et admirable Nom.

Vous êtes du ciel, et vous prenez un nom de la terre, un nom qu’une bouche mortelle peut prononcer ; vous unissez donc pour jamais la divine et l’humaine nature. Oh ! Rendez-nous dignes d’une si sublime alliance, et ne permettez pas qu’il nous arrive jamais de la rompre.

Louange à ce divin Nom que bénissent toutes les nations ; car il est le Nom du Rédempteur de toute chair.

Mais le saint nom est quelque chose de plus grand encore: nous procurons à Dieu une joie et une gloire infinies, car nous lui offrons les mérites infinis de la Passion et de la Mort de Jésus Christ.

Saint Paul nous dit que Jésus a mérité le nom de Jésus par sa Passion et sa Mort.

Chaque fois que nous disons "Jésus", nous devons clairement vouloir offrir à Dieu toutes les messes dites partout dans le monde pour toutes les intentions. Nous participons ainsi à ces milliers de messes.

Chaque fois que nous disons "Jésus", nous accomplissons un acte d'amour parfait, car nous offrons à Dieu l'amour infini de Jésus.

« Le nom de Jésus n’est pas seulement lumière, mais il est aussi nourriture. Ne vous sentez-vous pas fortifiés toutes les fois que vous vous en souvenez ? Qu’y a-t-il qui nourrisse autant l’esprit de celui qui y pense ? Qu’est-ce qui, de la même sorte, repose les cœurs agités, donne de l’énergie aux vertus, développe les habitudes bonnes et justes, entretient les chastes affections ? Toute nourriture de l’âme est sèche, si elle n’est arrosée de cette huile ; elle est insipide, si elle n’est assaisonnée de ce sel. Quand vous écrivez, votre récit n’a pour moi nulle saveur, si je n’y lis le nom de Jésus. Une conférence ou un entretien ne me plaît pas, si je n’y entends résonner le nom de Jésus. Jésus, c’est un miel à la bouche, une mélodie à l’oreille, une jubilation pour le cœur. Mais ce nom est encore un remède. L’un de nous est-il triste ? Que Jésus vienne en son cœur, que de là il passe à sa bouche, et aussitôt que ce divin nom a paru comme un astre qui se lève et répand sa lumière, tout nuage s’enfuit, la sérénité revient. Quelqu’un tombe-t-il dans le crime ? Court-il même, en se désespérant, dans les filets de la mort ? S’il invoque ce nom de vie, ne recommencera-t-il pas sur-le-champ à respirer et à vivre ? » 

Dom Guéranger

Le premier promoteur du Nom de Jésus fut, au XVe siècle, saint Bernardin de Sienne, qui établit et propagea l’usage de représenter, entouré de rayons, le saint Nom de Jés us, réduit à ses trois premières lettres IHS, réunies en monogramme. Cette dévotion se répandit rapidement en Italie, et fut encouragée par l’illustre saint Jean de Capistran, de l’Ordre des Frères Mineurs, comme saint Bernardin de Sienne.

Le Siège Apostolique approuva solennellement cet hommage au Nom du Sauveur des hommes ; et, dans les premières années du XVIe siècle, Clément VII, après de longues instances, accorda à tout l’Ordre de saint François le privilège de célébrer une fête spéciale en l’honneur du très saint Nom de Jésus.

Ce fut en 1721, sur la demande de Charles VI, Empereur d’Allemagne, que le Pape Innocent XIII décréta que la Fête du très saint Nom de Jésus serait célébrée dans l’Eglise entière.

Tous ceux qui aiment votre nom, Seigneur, c’est à la lumière de votre face qu’ils marcheront, et en votre nom qu’ils tressailliront de joie tout le jour. 

Ma bouche publiera la louange du Seigneur, et que toute chair bénisse son saint nom.

Je Vous exalterai, ô Dieu mon roi, et je bénirai votre saint Nom, Jésus, à jamais et dans les siècles des siècles.

Sauvez-nous Seigneur, notre Dieu, et rassemblez-nous du milieu des nations, afin que nous célébrions votre saint nom et que nous mettions notre gloire à vous louer.

C’est vous Seigneur, qui êtes notre père et notre libérateur, vous dont le nom est éternel. Amen.

Prières quotidiennes

Septième jour de la neuvaine - Jésus, huile répandue

Colossiens 2,17 : « Tout ce que vous pouvez dire ou faire, faites-le au nom du Seigneur Jésus, en rendant grâce par lui à Dieu le Père. »

De cette façon, tout ce que nous faisons devient un acte d'amour et de mérite et, de plus, nous recevons des grâces pour accomplir nos actions parfaitement.

Nous devons par conséquent nous efforcer de prendre l'habitude de dire, "Jésus, Jésus, Jésus", très souvent chaque jour. Nous pouvons le faire en nous habillant, en travaillant – peu importe ce que nous faisons – tout en marchant, dans les moments de tristesse, chez nous et dans la rue, partout.

Rien n'est plus facile si nous le faisons méthodiquement. Nous pouvons le dire chaque jour un nombre incalculable de fois.

Cantique 1,3 : « Votre nom est une huile répandue ; c’est pourquoi les jeunes filles vous aiment. »

« Ce n’est pas sans raison que l’Esprit Saint compare à l’huile le nom de l’époux, et qu’il inspire à l’épouse de crier à l’époux : « Votre nom est une huile répandue. » En effet, l’huile éclaire, nourrit, et sert à oindre. Elle entretient le feu, elle nourrit le corps, elle adoucit la douleur : c’est une lumière, un aliment, un remède. Voyez maintenant s’il n’en est pas de même du nom de l’époux ? Prêché, il éclaire ; médité, il nourrit ; invoqué, il adoucit et fortifie. Examinons chacune de ces qualités. D’où pensez-vous qu’ait jailli dans le monde cette si grande et si soudaine lumière de la foi, sinon de la prédication du nom de Jésus ? N’est-ce pas par la lumière de ce nom béni que Dieu nous a appelés en son admirable lumière ? N’est-ce pas à ceux qui sont illuminés par l’éclat de ce nom, et qui voient en cette lumière une autre lumière, que saint Paul dit à bon droit : « Autrefois vous étiez ténèbres ; mais maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur ? » Saint Bernard

Que pouvons-nous souhaiter de plus que d’avoir Jésus pour intime ? De tous il est le plus aimant, et il désire nous aimer.

Il aime avec ardeur, il aime avec constance, il aime avec fidélité, et veut secourir les siens.

Tel il a fait son Nom, qu’il puisse être pour tous le charme du cœur, l’objet excellent et principal d’un amour intime.

Les droits de la nature l’exigent : nous devons aimer de toutes nos forces celui qui nous aime, prévenir ses désirs avec empressement.

Le saint nom de Jésus nous sauve d'innombrables maux et nous délivre spécialement du pouvoir du diable qui cherche continuellement à nous nuire.

Le nom de Jésus emplit graduellement notre âme d'une joie et d'une paix que nous ne connaissions pas auparavant.

Le nom de Jésus nous donne une telle force que nos souffrances deviennent légères et faciles à porter.

Qu’ils espèrent en vous, ceux qui connaissent votre nom. Puisque vous n’avez pas délaissé ceux qui vous cherchent, Seigneur. Levez-vous, Seigneur, secourez-nous, et délivrez-nous à cause de votre nom. 

Je vous louerai, Seigneur, mon Dieu, de tout mon cœur, et je glorifierai éternellement votre nom. Car vous êtes, Seigneur, suave et doux, et plein de miséricorde pour tout ceux qui vous invoquent, alléluia.

Prières quotidiennes 

Huitième jour de la neuvaine - Jésus, Nom de gloire éternelle

Actes des Apôtres 3, 1-16 : « Or Pierre et Jean montaient au temple pour la prière de la neuvième heure. Et voilà qu’un homme qui était boiteux dès le sein de sa mère, était porté chaque jour et posé à la porte du temple, appelée la Belle, afin qu’il demandât l’aumône à ceux qui entraient dans le temple. Celui-ci, ayant vu Pierre et Jean qui allaient entrer dans le temple, les priait pour avoir l’aumône. Fixant avec Jean, les yeux sur lui, Pierre lui dit : Regarde-nous. Et il les regardait, espérant recevoir quelque chose d’eux. Mais Pierre dit : De l’argent et de l’or, je n’en ai pas ; mais ce que j’ai, je te le donne. Au nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi et marche !. Et lui ayant pris la main droite, il se leva ; et aussitôt ses jambes et les plantes de ses pieds s’affermirent. Et, s’élançant, il se dressa debout et il marchait ; et il entra avec eux dans le temple, marchant, sautant et louant Dieu. »

C’est ce nom que Pierre a reçu ordre de porter devant les rois, les Gentils et les enfants d’Israël. Il portait ce nom comme un flambeau, il en éclairait sa patrie, et il criait partout : « La nuit est déjà fort avancée, et le jour approche. Rejetons donc les œuvres des ténèbres, et revêtons-nous des armes de la lumière ; comme durant le jour, marchons honnêtement. » Et il montrait à tous la lumière sur le chandelier, annonçant en tous lieux Jésus, et Jésus crucifié. Combien cette lumière a resplendi et frappé de son éclat les yeux de tous les spectateurs, lorsque, sortant comme un éclair de la bouche de Pierre, elle affermit les jambes et les pieds d’un boiteux et rendit la vue à beaucoup d’aveugles spirituels ? N’a-t-elle pas jeté des flammes lorsque Pierre dit : « Au nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi, et marche ! » 

Celui qui veut être sauvé sait donc ce qu’il convient de faire. Le nom de chaque prédestiné ne peut être que celui de Jésus, mais un nom de Jésus vivant, substantiel, comme celui que porte le Verbe incarné : c’est-à-dire que nous devons exprimer Jésus par toute notre vie.

Quels que grands que soient nos péchés, personne ne doit jamais désespérer de son salut, car tant que le Sauveur s’appellera Jésus, et c’est là un nom de gloire éternelle, II sera toujours le Jésus de toute l’humanité et de chacun en particulier.

Nous vous en supplions, Dieu très clément, que votre bénédiction, où toute créature puise la vie, sanctifie le sacrifice de Jésus à la messe, et qui est nôtre. Nous vous l’offrons pour glorifier le nom de votre Fils, Notre Seigneur Jésus-Christ ; comme une digne louange et qu’il nous soit profitable pour notre salut. Amen.

Prières quotidiennes

Neuvième jour de la neuvaine - Jésus, Verbe de Dieu

Ac  4, 5-12 : « Puisqu’aujourd’hui nous sommes jugés à cause d’un bienfait en faveur d’un homme infirme, et à cause de celui en qui il a été guéri ; qu’il soit connu de vous tous et de tout le peuple d’Israël que c’est au nom de notre Seigneur Jésus-Christ de Nazareth, que vous avez crucifié et que Dieu a ressuscité des morts ; c’est par lui que cet homme est ici devant vous, debout et sain. Ce Jésus est la pierre qui a été rejetée par vous qui bâtissiez, et qui est devenue un sommet d’angle. Et il n’y a de salut en aucun autre ; car nul autre nom n’a été donné sous le ciel aux hommes par lequel nous devions être sauvés. »


Le nom éternel de Dieu c’est son Verbe en tant qu’il dit tout le Père. Mais ce Verbe a, dans le temps, lui aussi, un nom qui lui est propre et qui dit toute sa puissance, sa beauté, sa bonté : ce nom, c’est Jésus. En tant que le Verbe dit le Père, ce nom éternel est pour le Père Lui-même ; en tant que le Verbe incarné s’appelle Jésus, ce nom est pour nous, entièrement pour nous.

Toutes les Nations que vous avez créées viendront et se prosterneront devant vous Seigneur, et elles rendront gloire à votre nom ; car vous êtes grand et vous faites des prodiges ; vous seul êtes Dieu, alléluia.

Prières quotidiennes 

Litanies du Saint Nom de Jésus

Seigneur, ayez pitié de nous,

Jésus-Christ, ayez pitié de nous,
Seigneur, ayez pitié de nous,

Jésus-Christ, écoutez-nous.
Jésus-Christ, exaucez-nous.

Père céleste, qui êtes Dieu,                                                                         ayez pitié de nous,
Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ...
Esprit Saint, qui êtes Dieu, ...
Trinité sainte, qui êtes un seul Dieu, ...
Jésus, fils du Dieu vivant, ...
Jésus, splendeur du Père, ...
Jésus, pur éclat de la lumière éternelle, ...
Jésus, roi de gloire, ...
Jésus, soleil de justice, ...
Jésus, fils de la Vierge Marie, ...
Jésus aimable, ...
Jésus admirable, ...
Jésus, Dieu fort, ...
Jésus, Père du siècle à venir, ...
Jésus, Ange du grand conseil, ...
Jésus, très puissant, ...
Jésus, très patient, ...
Jésus, très obéissant, ...
Jésus, doux et humble de cœur, ...
Jésus, qui chérissez la chasteté, ...
Jésus, qui nous honorez de votre amour, ...
Jésus, Dieu de paix, ...
Jésus, auteur de la vie, ...
Jésus, modèle des vertus, ...
Jésus, notre Dieu, ...
Jésus, notre refuge, ...
Jésus, père des pauvres, ...
Jésus, trésor des fidèles, ...
Jésus, bon Pasteur, ...
Jésus, vraie lumière, ...
Jésus, Sagesse éternelle, ...
Jésus, bonté infinie, ...
Jésus, notre voie et notre vie, ...
Jésus, joie des Anges, ...
Jésus, roi des Patriarches, ...
Jésus, maître des Apôtres, ...
Jésus, force des Martyrs, ...
Jésus, lumière des Confesseurs, ...
Jésus, pureté des Vierges, ...
Jésus, couronne de tous les Saints, ...

Soyez-nous propice, pardonnez-nous, Jésus
Soyez-nous propice, exaucez-nous, Jésus

De tout mal,                                                                                                             délivrez-nous, Jésus
De tout péché, ...
De votre colère, ...
Des embûches du démon, ...
De l'esprit de fornication, ...
De la mort éternelle, ...
Du mépris de vos divines inspirations, ...
Par le mystère de votre sainte Incarnation, ...
Par votre Nativité, ...
Par votre Enfance, ...
Par votre vie toute divine, ...
Par vos travaux, ...
Par votre agonie et par votre passion, ...
Par votre Croix et par votre abandon, ...
Par vos langueurs, ...
Par votre mort et par votre sépulture, ...
Par votre Résurrection, ...
Par votre Ascension, ...
Par vos joies, ...
Par votre gloire, ...

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Jésus
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Jésus
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous.

Que le nom du Seigneur soit béni, maintenant et dans tous les siècles !

Prions

Seigneur Jésus-Christ, qui avez dit : Demandez et vous recevrez, cherchez et vous trouverez, frappez, et l'on vous ouvrira; faites-nous, s'il vous plaît, la grâce de concevoir l'affection de votre amour divin, afin que nous vous aimions de tout notre cœur, en vous confessant de bouche et d'action, et que jamais nous ne cessions de vous louer. Vous qui vivez et régnez dans les siècles des siècles. Amen.

 

Le CD de la neuvaine est disponible à la librairie d’Etoile Notre Dame.